Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Mar
19
Juin

Les collections ARISTOPHIL • 5 • ÉCRIVAINS & POÈTES DU XIXe-XXe, par DROUOT ESTIMATIONS. MARDI 19 JUIN 2018 à 14h00 Drouot-Richelieu

RÉSULTATS DE LA VENTE
Les collections ARISTOPHIL • 5 • ÉCRIVAINS & POÈTES DU XIXe-XXe. Dans cette vente exceptionnelle de part la remarquable qualité des documents autographes, figurent les personnages parmi les plus influents ou originaux de la Littérature et de la Poésie de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 60. Avec à la plus haute place, hors de toute chronologie Arthur Rimbaud, citons André Breton, Albert Camus, Louis-Ferdinand Céline, René Char, Guy Debord, Paul Eluard, Ernest Hemingway, Jack Kerouac, Henri Michaux, Francis Picabia, Marcel Proust, Raymond Queneau, Paul Verlaine, Boris Vian. La part belle est donnée au romanesque avec les correspondances amoureuses de Guillaume Apollinaire à Lou, de Nadja à André Breton, de Paul Eluard à Gala. (Claude Oterelo)

LIEU et date de la vente Drouot-Richelieu Salle 9 : Mardi 19 juin 2018 à 14h00 - Renseignements et contact : Clémence CLAUDE et Quitterie MARCELLIN - Tél. : +33 (0) 1 48 01 91 08 - E-Mail : bids@drouot.com

Responsables de la vente : Philippe ANCELIN, Commissaire-Priseur. Directeur de Drouot-Estimation. Tél. : +33 (0) 1 48 01 91 07 - E-Mail : pancelin@drouot.com - Commissaire-Priseur : Alexandre GIQUELLO - Expositions Drouot-Richelieu Salle 9 - 9 rue Drouot - 75009 Paris : Mardi 12 juin au vendredi 15 juin 2018, de 11H À 18H et Jeudi 16 juin 2018, de 11H À 21H - Mardi 19 juin 2018, de 11H À 12H - Téléphone Pendant l’exposition et la vente : 33 (0) 1 48 00 20 09

Expert : Monsieur Claude OTERELO, Membre de la chambre Nationale des Experts Spécialisés. Tél. :+33 (0) 6 84 36 35 39 - E-Mail : claudeoterelo@aol.com

Commissaire-Priseur :
DROUOT ESTIMATIONS
7, rue Drouot 75009 Paris
Tél. + 33 (0)1 48 01 91 00
Fax. + 33 (0)1 40 22 96 47
www.drouot-estimations.com
E-Mail : bids@drouot.com
Expert :
Claude OTERELO.
Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés.
5, rue La Boétie - 75008 Paris
Tél. : +33 (0)6 84 36 35 39
Email: claudeoterelo@aol.com

Détails du lot n°801 :

  • Lot n° : 801
  • Estimation :
    20 000 - 30 000 €
  • Résultat :
    30 000 €

APOLLINAIRE GUILLAUME (1880- 1918) – POÈME ET L.A.S. À LOU. 3 Juin 1915. 4 pages in-8, enveloppe conservée.

Poème et lettre autographe signée Gui adressée à Lou.
Sur l’enveloppe conservée (franchise militaire) figure l’adresse de Lou, de la main d’Apollinaire :
La Comtesse de Coligny-Chatillon 202 boulevard Saint Germain Paris 7ème.
Une fleur séchée est également dans l’enveloppe.

… «Ma petite chérie.
Mais quel est donc l’horrible mot que tu n’as pas écrit, tu te fais… quoi… Je veux absolument savoir?… Je te défends absolument d’avoir de mauvaises idées… Préviens-moi de ton départ pour que je puisse adresser mes lettres comme il faut…
Mais m’écriras-tu seulement? L’important est que tu sois bien…
Ne te préoccupe pas de moi… Ca n’a pas d’importance… Un obus moral ou matériel de plus ou de moins, maintenant je m’en fous…».

Apollinaire mentionne Toutou l’autre amant de Lou.

… «D’ailleurs, je sais bien que Toutou n’est probablement pas mon ami comme je suis le sien… Il ne me connaît pas et s’en fout pas mal… Au revoir Ptitlou… J’espère toujours d’ailleurs te retrouver après la guerre. Mais mon ptitlou ne croît pas qu’il y ait de reproches là-dedans, je t’aime bien, tu le sais et comme tu m’embrasses à la façon qui me fait quelque chose, je prends cela et après tout mon ptitlou, je ne sais pas pourquoi je dis ça, je sais bien que tu m’aimes beaucoup, que Toutou est aussi mon ami, mais qu’il ne me connaît pas, qu’il ne peut avoir l’exaltation d’un poète ne l’étant point. Amuse toi, fais comme tu veux, tu es mon amie pour la vie, c’est tout et c’est assez mon ptitlou adoré que j’embrasse de toutes mes forces, ptilou, mon pticoeur, très chéri»…

A la suite de cette lettre de deux pages écrites du front, figure le poème «Lou, mon étoile» (2 pages in-8), poème de 78 vers où se mêlent amour, érotisme, et réalité sombre de la guerre. Il fut publié pour la première fois dans «Ombre de mon amour» en 1947 aux pages 122 à 124.

«L’étoile nommée Lou est aussi belle, aussi voluptueuse qu’une jolie fille vicieuse… Ton royaume s’étend en plaines animées comme les oiseaux. En plaines mouvantes comme un régiment de fantassins nomades. Etoile Lou, beaux seins de neige rose. Petits nichons exquis de la douce nuit. Clitoris délectable de la brise embaumée d’avant l’aube… Mais cette nuit est si belle!… Je ne vois que l’étoile que j’aime. Elle est la splendeur du firmament. Et je ne vois qu’elle.
Elle est un petit trou charmant aux fesses des nuages. Elle est l’étoile des étoiles. Elle est l’étoile d’amour. Oh nuit, Oh nuit dure toujours ainsi. Mais voici les gerbes des obus en déroute qui me voilent mon étoile. Je baisse les yeux vers les ténèbres de ma forêt… Étoile Lou fait moi monter vers toi. Prends-moi dans ta splendeur. Que je sois ébloui et presque épouvanté. Que l’espace bleu se creuse à l’infini.
Que l’horizon disparaisse. Que tous les astres grandissent. Et pour finir fait moi pénétrer dans ton paradis. Que j’éprouve une sensation de bien-être inouï. Que J’absorbe par toute ma chair, toute mon âme, ta lumière exquise. Oh mon paradis! Gui».
Apollinaire lui écrira tous les jours. La guerre fait rage, il pense à Lou.
Il va continuer à lui écrire jusqu’au 16 janvier 1916. Progressivement les lettres s’espaceront.

La relation entre Lou et Apollinaire sera moins passionnée depuis la rencontre de Marseille le 28 mars 1915.

Madeleine va remplacer Lou. Ils se rencontreront une dernière fois, fortuitement en 1917 à Paris Place de l’Opéra.
L’une des plus belles lettres d’Apollinaire à Lou.