Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Mer
20
Déc

AGUTTES SAS. Neuilly-sur-Seine et Lyon. LES COLLECTIONS ARISTOPHIL • 1 • VENTE INAUGURALE. Mercredi 20 Décembre 2017 à 14h30 Drouot-Richelieu Salle 1 & 7

RÉSULTATS DES COLLECTIONS ARISTOPHIL • BILAN DE LA VENTE INAUGURALE

Depuis maintenant plus d’un an, la maison Aguttes joue un rôle de coordinateur dans le cadre du dossier Aristophil, dont elle a la charge de l’inventaire, de la restitution et de la planification des ventes. Plus de 130 000 oeuvres constituent le fonds Aristophil. L’ensemble de la collection a été trié, inventorié, authentifié, classé et conservé dans des conditions optimales, en ligne avec les normes de la BNF. C’est aujourd’hui la plus belle collection de manuscrits et autographes au monde compte tenu de la rareté et des origines illustres des oeuvres qui la composent.

Responsables de la vente : Claude AGUTTES (Président – Commissaire-priseur) Sophie PERRINE, Commissaire-priseur - E-Mail : perrine@aguttes.com - Tél. +33 (0) 1 41 92 06 44

LIEU et date de la vente Drouot-Richelieu Salle 1 & 7 : Mercredi 20 Décembre 2017 à 14h30 - Renseignements et contact : Marie du Boucher Tél. +33 (0) 1 47 45 93 06 - E-Mail : duboucher@aguttes.com - Consultation des lots de correspondances, manuscrits et livres sur rendez-vous : tel : 33 (0) 1 47 45 93 06 ou E-Mail : duboucher@aguttes.com

Expositions Drouot-Richelieu Salle 1 & 7 - 9 rue Drouot - 75009 Paris : Mardi 19 décembre de 11h00 à 18h et Mercredi 20 décembre de 11h à 12h

Experts : Jacques Benelli (lots suivants : 49, 58, 61, 100, 112). Tel : 33 (0) 1 46 33 73 51. E-Mail : jbenelli@noos.fr - Thierry Bodin (lots suivants : 37, 39 à 48, 50, 51, 57, 60, 63 à 80, 86, 88 à 94, 96, 104 au 109, 113 au 166) Tél. : +33 (0) 1 45 48 25 31 - E-Mail : lesautographes@wanadoo.fr - Ariane Adeline (lots suivants : 81 à 85) Tél. : +33 (0) 6 42 10 90 17 – E-Mail : lescriptorial@gmail.com - Claude Oterelo (lots suivants : 7, 8, 18 au 38, 53 à 56 et 62). Tél. : +33 (0) 6 84 36 35 39 – E-Mail : claudeoterelo@aol.com - Mario Mordente (lots suivants : 167 à 190) Tél. : + 33 (0)1 43 36 36 98 – E-Mail : mordente.mario@orange.fr - René Millet (lots suivants : 1, 2, 3 à 6, 97 et 98). Tél. : +33 (0)1 44 51 05 90 – E-Mail : expert@millet.net

Commissaire-Priseur :
AGUTTES
Société de ventes aux enchères
NEUILLY SUR SEINE
164 bis, Avenue Charles De Gaulles
92200 Neuilly-sur-Seine
Tél. : + 33 (0) 1 47 45 55 55
CONTACT ETUDE: Laurent POUBEAU
Tel: +33 (0)1 41 92 06 45
Email: poubeau@aguttes.com
Expert :
Jacques BENELLI.
Expert près la Cour d'Appel de Paris.
244, rue Saint-Jacques - PARIS 75005
Tél. : + 33 (0)1 46 33 73 51 Tel-Port : + 33(0)6 07 46 56 40
E-Mail: librairie.benelli@gmail.com

Détails du lot n°45 :

  • Lot n° : 45
  • Estimation :
    800 000 / 1 200 000
  • Résultat :
    1 170 000 €

BALZAC HONORÉ DE (1799-1850) – MANUSCRIT autographe signé, Ursule Mirouët, [1841] ; 145 feuillets in-4 (28,6 x 21,6 cm) sur papier bleuté, montés sur onglets, reliure demichagrin brun à coins, filets dorés, dos à nerfs, sous boîte-étui.

SIGNED AUTOGRAPH MANUSCRIPT, Ursule Mirouët, [1841] ; 145 leaves, in-4 (28,6 x 21,6 cm – 11,2 x 8,5 inches) on blue paper, mounted on tabs, half-binding of brown goatskin, with leather corners.
One of only two manuscripts of novels byBalzac still in private hands.

Exceptionnel manuscrit complet d’un roman de Balzac, un des deux seuls encore en mains privées.

Écrit en juin-juillet 1841, le roman d’Ursule Mirouet est publié en feuilleton dans Le Messager du 25 août au 23 septembre 1841, en 21 chapitres, avant d’être édité chez Hippolyte Souverain en mai 1842, en 2 volumes, où il est dédié à Sophie Surville, nièce de l’auteur (dédicace datée «Paris, août 1841»).
En janvier 1843, il est repris dans le tome 5 de La Comédie humaine (Furne), en tête du premier volume des Scenes de la vie de province.

Dans ses lettres à Mme Hanska, Balzac a désigné Ursule Mirouet comme «le plus bel ouvrage» (5 janvier 1842), «le chef-d’œuvre, selon moi, de la peinture des moeurs» (1er mai 1842).
Et encore :
«Ursule Mirouet est la soeur heureuse d’Eugenie Grandet» (14 octobre 1842).

L’action se passe à Nemours, où s’est retiré le docteur Minoret avec sa filleule et pupille Ursule Mirouët.

La fortune du docteur excite la convoitise de ses nombreux parents et héritiers potentiels, et leur jalousie à l’égard d’Ursule. À la mort de Minoret, son neveu Minoret-Levrault va détruire le testament et voler les titres de rente qui devaient assurer la dot d’Ursule. La jeune fille, en butte aux persécutions du couple Minoret-Levrault, va recevoir, par de mystérieuses apparitions de l’ombre du docteur, la révélation des manœuvres qui l’ont ruinée ; elle est soutenue par l’amour de Savinien de Portenduère, et par l’action du bon abbé Chaperon.

Frappé par un coup du destin qui tue son fils unique, Minoret-Levrault restituera ses biens à l’héroïne, et Ursule trouvera enfin la fortune et le bonheur en épousant Savinien.

Ce roman de «jeune fille» qui devient un roman d’amour est aussi une dramatique étude de moeurs, montrant l’affreuse cupidité des petits bourgeois de province, ainsi qu’une «étude philosophique» sous le signe mystérieux du surnaturel.

Le manuscrit, de premier jet, a servi pour l’impression, comme le montrent les noms des typographes inscrits dans les marges. Il est écrit d’une traite, à l’encre brune, d’une écriture régulière, fine et penchée, au seul recto d’un papier légèrement bleuté, avec des corrections portées au fil de l’écriture :
mots cancellés, corrections interlinéaires, soit plus de 500 mots ou passages biffés.

Une marge de 6 cm a été réservée à gauche, dans laquelle Balzac a porté environ 300 additions ou corrections, allant d’un mot à des phrases entières, ajoutant une réplique, complétant la description d’un personnage, ajoutant un développement qui, à quatre reprises, se poursuit au verso du feuillet (ff. 99, 100, 101 et 111).

La page 1 a été légèrement rognée dans le haut (et réparée) pour faire disparaître une dédicace dont ne subsiste que la signature : «l’auteur de Balzac», avec l’adresse de son pied-à-terre parisien «rue Richelieu, 112».

Sur le manuscrit, le roman est divisé en six chapitres (qui deviendront 21 lors du découpage en feuilleton) :
•I. Les heritiers alarmes (f° 1).
•II. Enfance et Vieillesse (f° 25).
•III. Savinien (f° 52).
•IV. [Le testament du Docteur rayé] La SuccessionMinoret (f° 83).
•V. [Ursule persecutee rayé] Les finesses de province (f° 102).
•VI. Combien il est difficile de voler ce qui [est volable rayé] semble le plus volable (f° 125).
Aux pages 99 à 101, de longues et importantes ratures «trahissent les hésitations de l’auteur sur l’orientation à donner à l’intrigue après la mort du docteur Minoret et révèlent, dans 34 lignes de ratures souvent illisibles, qu’il fut tenté de marier immédiatement Ursule et Savinien», remarque Madeleine Fargeaud dans son édition du roman dans la Bibliothèque de la Pléiade, qui relève aussi queBalzac avait d’abord songé à rendre Savinien amoureux de la Marquise d’Espard et non d’Émilie de Kergarouët ; le clerc de notaire Goupil se nomme Vanin dans le manuscrit, où «ni les dates, ni les lieux, ne varient beaucoup par rapport à ceux du texte imprimé et, dans l’ensemble, on peut dire aussi que le déroulement des faits est sensiblement le même» ; mais le roman sera, selon l’habitude de Balzac, considérablement développé et enrichi lors de la correction des épreuves, notamment en ce qui concerne les personnages secondaires.

Le manuscrit s’achève un peu brusquement avec le mariage d’Ursule et par cette phrase :
«Il [François Minoret] est très cassé, très vieilli, ses cheveux sont blancs, et il s’est constitué le régisseur de Monsieur et de Madame de Portenduère qui passent cinq mois de l’année à Paris où ils ont acheté l’un des plus beaux hôtels du faubourg St-Germain».
Dans le texte publié, Balzac ajoutera un développement sur la destinée des personnages secondaires.

Le manuscrit, explique Madeleine Fargeaud, révèle «dans les éclairages, les dialogues et surtout la conception des personnages secondaires, des variantes intéressantes par rapport au texte imprimé.

Notons d’abord que l’amour n’intervient pas dans la vie de Désiré Minoret-Levrault, qui rentre à Nemours non pour arracher à ses parents leur consentement à son mariage avec la courtisane Esther, la Torpille, mais parce qu’il est criblé de dettes.
On remarquera aussi un changement assez sensible entre le Juge de Paix Bongrand du manuscrit et celui du roman.
Le premier ne songeait pas à marier son fils avec la fille du maire pour l’excellente raison que ce fils n’existait pas, ce qui permettait au maire de désirer pour gendre Savinien de Portenduère.
Il justifiait en outre mieux que le second la défiance du docteur Minoret à son égard, car, homme facile à attaquer par la gourmandise, il allait dîner chez les Minoret-Levrault et leur parlait des projets de Minoret, dont il n’était pas l’ami intime.

Les deux modifications les plus importantes concernent Goupil, qui s’appelle ici Vanin, et Savinien.
Dionis joue aussi un rôle beaucoup plus important que celui qui lui est dévolu dans le texte imprimé. Conseiller des héritiers, il est également reçu chez Minoret, auquel il propose parfois des affaires, et peut ainsi prendre une part active à l’évolution de la situation. [...]
Mais c’est surtout l’histoire des amours de Savinien et d’Ursule qui diffère de celle que connaissent les lecteurs d’Ursule Mirouet. Si Mme de Kergarouët manifeste une certaine froideur à l’égard d’Ursule lors du dîner auquel elle l’a conviée avec son tuteur, elle ne se montre pas vraiment agressive.
La jeune fille, qui a l’occasion à deux reprises d’échanger en particulier quelques mots avec Savinien, demeure chez elle toute la soirée et assiste à la reddition des comptes.
Loin de se sentir humiliée, elle se trouve, dit Balzac, « au troisième ciel », car Savinien lui déclare son amour et lui fait part de son intention de l’épouser.
Après cette soirée, aucun désaccord ne survient, les amoureux ne s’écrivent pas, Savinien ne quitte pas Nemours et les jeunes gens savourent dans l’intimité de la vie patriarcale du docteur et de ses amis la douceur d’une harmonieuse entente sur laquelle plane la seule ombre de l’opposition de Mme de Kergarouët. [...]

Enfin, il faut remarquer que tout ce qui concerne le magnétisme revêt une allure moins scientifique et occupe moins de place que dans le texte imprimé».

► Rarissime manuscrit complet d’un roman de Balzac, un des deux encore en mains privées, avec Massimilla Doni (dans une collection italienne), tous les autres étant conservés dans des bibliothèques publiques, la plupart dans la collection du Vicomte Spoelberch de Lovenjoul, aujourd’hui à Bibliothèque de l’Institut.

▬ PROVENANCE :
•Michel BOLLORÉ (ex libris).