Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Ven
13
Juin

BIBLIOTHÈQUE DE FLERS. BEAUSSANT LEFÈVRE S.V.V. VENDREDI 13 JUIN 2014, 14h. DROUOT RICHELIEU - Salle n° 7. PARIS.

EXPOSITIONS
– chez l’expert, pour les principales pièces, du 5 au 10 Juin 2014, uniquement sur rendez-vous.
– à l’Hôtel Drouot: Jeudi 12 Juin de 11 h à 18 h et le Vendredi 13 Juin de 11 h à 12 h.
Tel. pendant l’exposition et la vente : + 33 (0)1 48 00 20 07.
Mr Alain NICOLAS est assisté de Pierre GHENO ( archiviste paléographe ).

Commissaire-Priseur :
Mes Eric BEAUSSANT et Pierre-Yves LEFÈVRE
Commissaires-Priseurs associés
32, rue Drouot - 75009 PARIS
Tél. : + 33 (0)1 47 70 40 00
Fax : + 33 (0)1 47 70 62 40
www.beaussant-lefevre.com
contact@beaussant-lefevre.com
Expert :
NICOLAS Alain
Expert près la Cour d'Appel de Paris
Librairie « Les Neuf Muses »
41, Quai des Grands Augustins - 75006 Paris
Tél : +33 (0)1.43.26.38.71 -
Fax : +33 (0)1.43.26.06.11
E-mail : neufmuses@orange.fr

Détails du lot n°8 :

  • Lot n° : 8
  • Estimation :
    20.000 / 30.000
  • Résultat :
    89 000 €

Baudelaire (Charles). Lettre autographe signée « Charles Baudelaire », [adressée au secrétaire perpétuel de l'Académie françaiseabel Villemain]. S.l., 11 décembre 1861. 2 pp. in-folio, quelques ratures et corrections ; infimes fentes aux…

pliures. Précieuse lettre de candidature de Baudelaire à l’académie française, dans laquelle il commente ses reuvres. En1861,deuxfauteuilsdevinrentvacantsaprèslamortdeScribeetdeLacordaire.Baudelaireprésentasacandidature à Abel Villemain (qu’il considérait peu amènement comme ressortant à la catégorie commune des « professeurs »), et effectua une visite chez Alfred de Vigny, lequel tenta d’abord de le dissuader avant d’accepter de soutenir ce qu’il comprit être une ferme intention. « j’ai L’honneur De vous instruire que je Désire être inscrit parmi Les canDiDats qui se présentent pour L’un Des fauteuiLs actueLLement vacants à L ‘acaDémie française, et je vous prie de vouloir faire part à vos collègues de mes intentions à cet égard. Il est possible qu’à des yeux trop indulgents je puisse montrer quelques titres : permettez-moi de vous rappeler un livre de Poésie qui a fait pLus De bruit qu’iL ne vouLait [Les Fleurs du mal] ; une traduction qui a popuLarisé en france un granDauteur inconnu [Edgar Allan Poe] ; une étude sévère et minutieuse sur Les jouissances et Les Dangers contenus Dans Les excitants [Les Paradis artificiels] ; enfin un granD nombre De Brochures et d’articles sur Les principaux artistes et Les hommes De Lettres De mon temps Mais à mes propres yeux… c’est là un compte de titres bien insuffisant, surtout si je les compare à tous ceux, plus nombreux et plus singuliers, que j’avais rêvés. croyeZ Donc… et je vous suppLie De Le répéter, que ma moDestie n’est pas simuLée; c’est une modestie commandée, non seulement par la circonstance, mais aussi par ma conscience, qui est aussi sévère que celle de tous les grands ambitieux. Pour dire toute la vérité, la principale considération qui me pousse à solliciter déjà vos suffrages est que, si je me déterminais à ne les solliciter que quand je m’en sentirai digne, je ne les solliciterais jamais. Je me suis dit qu’après tout il valait peut-être mieux commencer tout de suite ; si mon nom est connu de quelques-uns parmi vous, peut-être mon audace sera-t-elle prise en bonne part, et quelques voix, miraculeusement obtenues, seront considérées par moi comme un généreux encouragement et un ordre de mieux faire. Je vous prie… de vouloir bien agréer et faire agréer à M.M. vos collègues l’assurance de mon profond respect… » Charles Baudelaire, Correspondance, Pléiade, t. II, pp. 193-194.