Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Mer
15
Nov

BINOCHE & GIQUELLO. SURRÉALISME. AVANT-GARDES DU XXe SIÈCLE : Ensembles importants CONSTANTIN BRANCUSI et TRISTAN TZARA. Éditions originales, Autographes, Photographies. Mercredi 15 novembre

RÉSULTATS DE LA VENTE
SURRÉALISME. AVANT-GARDES DU XXe SIÈCLE : Ensembles importants CONSTANTIN BRANCUSI et TRISTAN TZARA. Éditions originales - Autographes - Photographies - LIVRES ILLUSTRÉS - REVUES - DESSINS. APOLLINAIRE (Guillaume) Lettre autographe signée Gui à Lou (Louise de Coligny-Châtillon), datée 1er fév.1915, 2 pages grand in-4 sur papier à en-tête du café Tortoni, à Nîmes (Très belle lettre d'amour à Lou). BRANCUSI Constantin – AUTOPORTRAIT dans son ATELIER. PHOTOGRAPHIE ORIGINALE. Paris, circa 1922. BRETON (André) - CHAR (René) - ELUARD (Paul) RALENTIR TRAVAUX. Paris, Éditions Surréalistes, 1930. Paul ELUARD Les Animaux et leurs hommes. Manuscrit autographe, avec dix dessins originaux (Manuscrit autographe complet de ce recueil publié en 1920, le premier d'Eluard écrit en vers libres, où se manifeste l'influence Dada.). CHAR (René) – ARSENAL. Avec un frontispice par Francesc Domingo. Sans lieu, [Nîmes], Méridiens, 1929 (Édition originale d‘une grande rareté, dédiée à André Cayatte). BRANCUSI Constantin – 15 LETTRES AUTOGRAPHES SIGNÉES à Florence MEYER. Paris, 1933-1947. 15 Lettres autographes (Importante correspondance adressée à Florence Meyer, danseuse américaine)... etc...

LIEU et date de la vente : Hôtel Drouot salle 7. Mercredi 15 novembre 2017 à 14h00

Expositions publique salle 7 : Mardi 14 novembre de 11h à 18h et mercredi 15 novembre de 11h à 12h - Téléphone pendant l’exposition et la vente : + 33 (0) 1 48 00 20 07

Expositions privées sur rendez-vous Étude Binoche et Giquello, contact Madame Odile Caule +33 (0) 1 47 70 48 90

Contact à l'étude pour tout renseignement : Madame Odile CAULE - tél. +33 (0) 1 47 70 48 90 - E-Mail : o.caule@betg.fr

Expert : Monsieur Claude OTERELO, Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés. 5, rue La Boétie - 75008 Paris. Tél. : + 33 6 84 36 35 39 - E-Mail : claudeoterelo@aol.com

Commissaire-Priseur :
Binoche Giquello sarl
5, rue La Boétie - 75008 PARIS
jcbinoche@wanadoo.fr
Expert :
Claude OTERELO.
Membre de la Chambre Nationale des Experts Spécialisés.
5, rue La Boétie - 75008 Paris
Tél. : +33 (0)6 84 36 35 39
Email: claudeoterelo@aol.com

Détails du lot n°67 :

  • Lot n° : 67
  • Estimation :
    35 000 - 45 000 €
  • Résultat :
    Invendu

BRANCUSI Constantin – 15 LETTRES AUTOGRAPHES SIGNÉES À FLORENCE MEYER. Paris, 1933-1947. 15 Lettres autographes à l’encre en français signées par Constantin Brancusi adressées à Florence Meyer. 11 pages in-4, 6 pages in-8 et 7 pages in-12…

et trois billets sur papier bleu adressés pour la plupart de Paris, impasse Ronsin Paris XVe.

► Importante correspondance adressée à Florence Meyer, danseuse américaine, également célèbre pour ses portraits photographiques aussi bien d’acteurs que d’artistes. Elle fut l’amie entre autres de Man Ray et photographia bien sûr Brancusi. Elle quittera l’Europe pour s’installer à Los Angeles à la suite de son mariage avec l’acteur Oskar Homolka.
Florence Meyer fut l’amie proche et la confidente de Constantin Brancusi, Brancusi se surnommant et signant Morice III, Florence Meyer nommant ses deux fils Morice I et Morice II.

Le sentiment amoureux envers Florence Meyer est toujours sous jacent de la part de Brancusi.

Dans cette correspondance Brancusi fait part de ses travaux, de ses soucis, de son état de santé, de sa vie parisienne, mais aussi de sa relation très amicale avec Marcel Duchamp…

«si je t’ai écrit un peu laconiquement c’est que je suis dans un tourbillon de travail, je t’ai envoyé un paquet de photos à l’adresse de ton école de danse… ici il fait un temps de chien, j’allume le feu, le matin maintenant à la danse pense chère Florence que l’art n’est pas une chose facile, de bon plaisir, mais une nécessité qu’on arrive à donner qu’avec beaucoup de patience et du travail méthodique et continu»…

«Tu as parfaitement raison de dire que les danseurs sont des phénomènes et non les résultats d’un développement. Et dans tous les arts c’est exactement pareil, l’école n’enseigne que ce qu’on sait. Le chemin en avant est inconnu. Mais nous le continuons malgré nous étant poussés par une nécessité nouvelle. Et c’est à cette nécessité que j’ai pensé quand j’ai dit que nous devons faire ce qu’il faut faire, pas ce que le bon plaisir peut nous amener à vouloir faire. Et cette nécessité profonde qui nous tourmente constamment est comme une pierre précieuse, brute, que pour mettre en valeur il faut la travailler avec patience et méthode.»……

«Je suis en train de faire ma valise. Mon ami Duchamp est parti en avant pour aller chercher un petit trou dans le pays où on fait les châteaux»…

«Je suis encore à Paris, Caramba! Le voyage en Espagne, n’a pas voulu me donner le visa pour le passeport»… «Je ne passe qu’un jour à Bucarest et je suis maintenant dans les Carpates où j’étudie dans une usine la possibilité de faire une chose en métal.»…

«Je viens de voir Duchamp qui arrive de l’Amérique et il me dit qu’il n’y a pas de sucre en Amérique et je regrette de t’avoir dit de m’en envoyer»…

«Je suis content que tu aimes le croquis que j’ai fait de toi. Je vais voir comment je vais faire pour te l’envoyer car on empêche les oeuvres d’art pour sortir de France et surtout que je suis sur la liste de nationalisation. Tu l’auras sans faute et d’autres autant que tu voudras. D’ici je ne saurais que te dire car depuis la guerre je vis en ascète, mais avec les chaussures que tu m’as envoyées je vais trotter tout Paris pour voir qu’est-ce qu’il se passe.»…

«J’ai bien reçu deux pyjamas et une robe de chambre, je te remercie beaucoup mais c’est autre chose que je voulais, c’est des combines pour le travail comme tu m’as toujours vu habillé».

(Nous n’avons pas respecté l’orthographe très personnelle de Brancusi, son français étant de toute façon absolument compréhensible).

► Exceptionnelle correspondance unique, véritable coeur de la vie intime et artistique de Constantin Brancusi.