Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Mar
05
Déc

Thierry de MAIGRET s.v.v. Paris. ARCHIVES TALLEYRAND - LETTRES et MANUSCRITS AUTOGRAPHES. Mardi 5 décembre 2017 à 14H30 à l’étude 5, rue de Montholon - 75009 PARIS

RÉSULTATS AVEC FRAIS
ARCHIVES TALLEYRAND - LETTRES et MANUSCRITS AUTOGRAPHES. : Charles-Maurice de TALLEYRAND. L.A.S., Philadelphie 18 janvier 1795, au banquier Olive à New-York ; Charles-Maurice de TALLEYRAND. L.A.S. « Tall. », New York 3 juillet 1795, à Emmanuel Sieyès, député à la Convention nationale, à Paris ; Charles-Maurice de TALLEYRAND. L.A., Londres 8 juin [1792], à Charles-François DUMOURIEZ (alors Ministre des Affaires étrangères) (Intéressante lettre lors de la MISSION SECRÈTE de TALLEYRAND à LONDRES en 1792 pour négocier la neutralité des britanniques) ; Charles-Maurice de TALLEYRAND. 3 L.A., Philadelphie et New-York février 1796, au banquier Olive, à New York ; 5 pages (Sur les rumeurs d’embargo et son prochain retour en France.) ; Charles-Maurice de TALLEYRAND. L.A., Paris 17 février 1797, à Moreau de Saint-Méry à Philadelphie ; 4 pages (Très intéressante et longue lettre politique à son compagnon d’exil resté aux États-Unis, sur la situation en France où Talleyrand est rentré quelques mois auparavant.) ... etc...

LIEU et date de la vente : A l’étude 5, rue de Montholon - 75009 PARIS. Mardi 5 décembre 2017 à 14H30 - Tél. + 33 (0) 1 44 83 95 20 - E-Mail : contact@thierrydemaigret.comnnContact à l’Étude : Marie OLLIER - E-Mail : mollier@tdemaigret.fr - Tél. : + 33 (0) 1 44 83 95 20

Expositions à l'Étude 5, rue de Montholon - 75009 PARIS : Le mardi 5 décembre de 10h à 12h - Téléphone pendant l’exposition et la vente : +33 (0) 1 44 83 95 20

Exposition chez l'Expert uniquement sur rendez-vous : Monsieur Thierry BODIN, Les Autographes - 45, rue de l’Abbé Grégoire 75006 Paris - Tél. : + 33 (0) 1 45 48 25 31

Expert : Monsieur Thierry BODIN, Les Autographes. Syndicat Français des Experts Professionnels en OEuvres d’Art - 45, rue de l’Abbé Grégoire 75006 Paris - Tél. : + 33 (0) 1 45 48 25 31 - Fax : + 33 (0)1 45 48 92 67 - E-Mail : lesautographes@wanadoo.fr

Commissaire-Priseur :
Thierry de MAIGRET.
5, rue de Montholon - 75009 Paris
Tél. +33 (0)1 44 83 95 20
Fax. +33 (0)1 44 83 95 21
http://www.thierrydemaigret.com/
Email: contact@thierrydemaigret.com
Contact à l'Étude : Marie OLLIER – mollier@tdemaigret.fr – Tél. : + 33 (0) 1 44 83 95 20
Expert :
Mr Thierry BODIN, Les Autographes.
Syndicat Français des Experts Professionnels en Œuvres d'Art
45 rue de l'Abbé Grégoire 75006 Paris
Tél : +33 (0)1 45 48 25 31
Fax : +33 (0)1 45 48 92 67
Email: lesautographes@wanadoo.fr

Détails du lot n°141 :

  • Lot n° : 141
  • Estimation :
    3 000 / 4 000 €
  • Résultat :
    Invendu

Charles-Maurice de TALLEYRAND. MANUSCRIT autographe, brouillon d’un discours, [juillet 1821] ; 10 pages et demie in-fol. avec ratures et corrections.

► MANUSCRIT DE PREMIER JET D’UN DISCOURS CONTRE LA CENSURE ET POUR LA LIBERTÉ DE LA PRESSE, S’OPPOSANT AU PROJET DU MINISTÈRE RICHELIEU DE RENOUVELER LA CENSURE.

Ce discours, prononcé à la Chambre des Pairs le 24 juillet 1821, fut imprimé avec des variantes sous le titre Opinion de M. le Prince de Talleyrand contre le renouvellement de la censure (Baudouin, 1821).
Talleyrand se présente à la tribune avec un sentiment d’inutilité, puisque par « une fatalité déplorable », les questions soumises à examen sont déjà « irrévocablement résolues […] et dans la réalité nous ne sommes que les instruments d’une impérieuse nécessité »…
La Chambre des Pairs « ne sera bientôt plus qu’une cour d’enregistrement, qu’un vrai simulacre de la hiérarchie constitutionnelle »…
Il s’interroge sur les limites de la loi, de son accueil par la Chambre des Pairs, du peu de temps laissé au débat par la Chambre des Députés, et espère,
« dans un meilleur avenir », une discussion plus libre et plus approfondie.
« Nous voulons tous le gouvernement représentatif : c’est celui que le roi nous a donné. Sans la liberté de la presse il n’y a point de gouvernement représentatif : elle est un de ses instruments essentiels ; elle en est l’instrument principal »…

Deux points n’ont pas encore été suffisamment examinés ; il les réduit à ces deux propositions :
« 1° la liberté de la presse est une nécessité du tems. 2° un gouvernement s’expose quand il se refuse obstinement et trop longtems à ce que le tems a proclamé nécessaire »…
Talleyrand développe l’idée du progrès de l’esprit humain, se référant à l’œuvre des génies du siècle de Louis XIV, à l’Esprit des lois et à l’Encyclopédie, aux libertés proclamées en 1789 comme autant de nécessités du temps, et aux erreurs de la Révolution qui ont néanmoins donné les bases du nouveau droit public, conservées par la Charte de « ce roi digne de la France comme la France est digne de lui »…
Ainsi, la liberté de la presse est une nécessité du temps, et il en appelle en particulier à ses contemporains : « N’étoit-elle pas l’objet des vœux de tous ces hommes excellents que nous avons admiré dans notre jeunesse, des Malesherbes, des d’Estigny, des Trudaine qui certes valoient bien les hommes d’état que nous avons vus depuis »…
En conclusion, il plaide pour la tranquillité de la société et la confiance populaire : « Il y a quelqu’un qui a plus d’esprit que Voltaire, plus d’esprit que Bonaparte, plus d’esprit que chacun des directeurs, que chacun des Ministres passés, présents, à venir, c’est tout le monde. S’engager ou du moins persister dans une lutte où tout le monde se croit intéressé, c’est une folie et aujourd’huy toutes les folies politiques sont dangereuses.
Quand la presse est libre, lorsque chacun peut savoir que ses intérêts sont ou seront deffendus, on attend du tems une justice plus ou moins tardice, l’espérance soutient […] mais quand la presse est asservie, quand nulle voix ne peut s’élever les mécontentemens exigent de la part du gouvernement ou trop de foiblesse ou trop de répressions. […]

Dans l’intérêt du Roi et de la France je demande une loi répressive et je vote contre la censure ».