Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Mar
05
Déc

Thierry de MAIGRET s.v.v. Paris. ARCHIVES TALLEYRAND - LETTRES et MANUSCRITS AUTOGRAPHES. Mardi 5 décembre 2017 à 14H30 à l’étude 5, rue de Montholon - 75009 PARIS

RÉSULTATS AVEC FRAIS
ARCHIVES TALLEYRAND - LETTRES et MANUSCRITS AUTOGRAPHES. : Charles-Maurice de TALLEYRAND. L.A.S., Philadelphie 18 janvier 1795, au banquier Olive à New-York ; Charles-Maurice de TALLEYRAND. L.A.S. « Tall. », New York 3 juillet 1795, à Emmanuel Sieyès, député à la Convention nationale, à Paris ; Charles-Maurice de TALLEYRAND. L.A., Londres 8 juin [1792], à Charles-François DUMOURIEZ (alors Ministre des Affaires étrangères) (Intéressante lettre lors de la MISSION SECRÈTE de TALLEYRAND à LONDRES en 1792 pour négocier la neutralité des britanniques) ; Charles-Maurice de TALLEYRAND. 3 L.A., Philadelphie et New-York février 1796, au banquier Olive, à New York ; 5 pages (Sur les rumeurs d’embargo et son prochain retour en France.) ; Charles-Maurice de TALLEYRAND. L.A., Paris 17 février 1797, à Moreau de Saint-Méry à Philadelphie ; 4 pages (Très intéressante et longue lettre politique à son compagnon d’exil resté aux États-Unis, sur la situation en France où Talleyrand est rentré quelques mois auparavant.) ... etc...

LIEU et date de la vente : A l’étude 5, rue de Montholon - 75009 PARIS. Mardi 5 décembre 2017 à 14H30 - Tél. + 33 (0) 1 44 83 95 20 - E-Mail : contact@thierrydemaigret.comnnContact à l’Étude : Marie OLLIER - E-Mail : mollier@tdemaigret.fr - Tél. : + 33 (0) 1 44 83 95 20

Expositions à l'Étude 5, rue de Montholon - 75009 PARIS : Le mardi 5 décembre de 10h à 12h - Téléphone pendant l’exposition et la vente : +33 (0) 1 44 83 95 20

Exposition chez l'Expert uniquement sur rendez-vous : Monsieur Thierry BODIN, Les Autographes - 45, rue de l’Abbé Grégoire 75006 Paris - Tél. : + 33 (0) 1 45 48 25 31

Expert : Monsieur Thierry BODIN, Les Autographes. Syndicat Français des Experts Professionnels en OEuvres d’Art - 45, rue de l’Abbé Grégoire 75006 Paris - Tél. : + 33 (0) 1 45 48 25 31 - Fax : + 33 (0)1 45 48 92 67 - E-Mail : lesautographes@wanadoo.fr

Commissaire-Priseur :
Thierry de MAIGRET.
5, rue de Montholon - 75009 Paris
Tél. +33 (0)1 44 83 95 20
Fax. +33 (0)1 44 83 95 21
http://www.thierrydemaigret.com/
Email: contact@thierrydemaigret.com
Contact à l'Étude : Marie OLLIER – mollier@tdemaigret.fr – Tél. : + 33 (0) 1 44 83 95 20
Expert :
Mr Thierry BODIN, Les Autographes.
Syndicat Français des Experts Professionnels en Œuvres d'Art
45 rue de l'Abbé Grégoire 75006 Paris
Tél : +33 (0)1 45 48 25 31
Fax : +33 (0)1 45 48 92 67
Email: lesautographes@wanadoo.fr

Détails du lot n°35 :

  • Lot n° : 35
  • Estimation :
    5 000 / 6 000 €
  • Résultat :
    6 320 €

Claude Nicolas LE CAT (1700-1768) chirurgien et urologue. MANUSCRIT autographe, Journal de mon voyage à Londres, 1767 ; cahier cousu petit in-4 de 62 ff., écrits au recto avec de nombreuses additions et corrections en regard (lég. mouill., qqs…

trous de vers).

► PRÉCIEUX RÉCIT DE VOYAGE DU GRAND CHIRURGIEN, ET TÉMOIGNAGE SCIENTIFIQUE SUR L’ÉTAT DE LA CHIRURGIE ET DES HÔPITAUX EN ANGLETERRE EN 1767.

Ce Journal, dont les entrées sont datées du 18 juillet au 5 septembre 1767, composé en partie d’après des notes, présente de nombreuses corrections et additions.

Le Cat quitte Rouen le 18 juillet, s’embarque à Dieppe le lendemain, entre en rade à Brighthelmstone [Brighton] l’après-midi du 20, arrive à Londres en berline à 6 heures le soir du 21, et s’installe aussitôt chez « M. Tyrell »
[Frederick TYRRELL, chirurgien et professeur d’anatomie].
Comme tout voyageur, Le Cat consigne des remarques et réflexions sur le paysage, les palais, les églises et les parcs, la mise et les mœurs des indigènes (la « godaillerie » à table, « la decence » à l’église), mais il porte son attention en priorité aux confrères, hôpitaux et usages chirurgicaux anglais. Nous n’en pouvons donner ici qu’un rapide aperçu.

22 juillet.
Matthew MATY le prend de bonne heure : « nous allâmes ches lui au Museum ; je parcourray cette admirable collection ; il me mena ensuite ches M. DOLON a qui il avoit commandé pour moi une lunette acromatique de 12 pieds anglois ; j’en vis le tuyau, et je fis plusieurs acquisitions comme une lorgnette d’opéra à 4 verres pour mon ami Mr BALLARD, une pour moi pour le lointin, tous instrumens acromatiques admirables »…

Visite de la cathédrale Saint-Paul, dîner chez M. Maty avec son confrère Charles MORTON (détails)…

23 juillet.
Visite de l’hôpital de Saint-Bartholomew avec Percival POTT : description des bâtiments et des salles, observations sur des précautions d’hygiène, la charpie, le rituel de la visite des malades, une technique favorable à la cicatrisation d’un membre amputé.
Dîner avec Tyrrell, visite du parc de Saint-James.

24 janvier.
Le Cat aperçoit le Roi dans le parc Saint-James.
Visite de l’hôpital Saint George avec MM. MIDDLETON, HAWKING, BROMFEILD, GATEKER : notes sur les opérations de la fistule auxquelles il assiste, les salles, l’apothicairerie, le laboratoire de la pharmacie, et « un petit amphitheatre ou l’on fait les ouvertures des cadavres de gens mort de maladies interessantes »…

25 juillet.
Visite à Georges ARNAUD DE RONSIL, chez qui il trouve un autre chirurgien émigré, M. JAUBERTHOU.

Excursion à Greenwich : « superbe hôpital de la marine », décrit avec admiration : il « a l’air d’un Palais de Roy, tandis que le Palais du Roy d’Angleterre à Londres a l’air d’un hopital » ; détails sur la disposition des bâtiments, la chapelle, le logement des soldats invalides, la cuisine, le réfectoire ; rencontre du chirurgien major TAYLOR…

27 juillet.
Visite au cabinet de M. WATSON, lecteur en anatomie et chimie de l’hôpital de Westminster : il y voit
• « 1° un testicule injecté de mercure par le canal deferent, apres 8 jours de maceration pour délester les vaisseaux. Le mercure y remplissoit les filets dont est composé cet organe, en forme de petits chapelets, il y avoit 4 ou 5 de ces filets qui se prolongoient hors du testicule et qui manifestèrent cette structure ; cela etoit dans un bocal à esprit de vin.
• 2° Plusieurs injections de reins monstrueux, l’un de ces sujets avoient les deux reins du coté gauche ; un autre avoit le rein droit entre les iliaques dans le bassin […].
• 3° grand nombre d’intestins et j’estomacs injectés tres finement ; des crânes d’enfants aussi injectés.
• 4° des squelettes humains et d’animaux tant reguliers que monstrueux, tout cela tres blanc », etc.

31 juillet.
Description détaillée de Saint-Thomas, « tres vaste hopital contenant 5 cents malades et par consequent 500 lits, car chaque malade a son lit dans tous les hopitaux de Londres » ; mais Le Cat émet des réserves sur la disposition des lits, les plafonds bas…
– Notes sur l’hôpital de Guys (en particulier l’amphithéâtre des opérations), puis dîner chez son élève John ELIOT où il trouve M. DUNCAN, Premier Médecin du Roi, MM. Maty, Morton et GRANT, autre ancien élève…

1er août.
Eliot l’emmène à Richmond, chez M. PATOUN, « jeune homme docteur en medecine, grand peintre, grand musicien, assé philosophe et assé aisé » ; le soir il est invité par William Bromfeild à un concert du « celèbre violon Jardini »…

2 août.
Messe dominicale à l’ambassade d’Espagne ; puis il assiste à l’office de GEORGE III et de la Reine (« une espece de negre blanc, tres blanc »)…

3 août.
Après avoir dressé le catalogue des pièces les plus frappantes de la collection anatomique de John HUNTER, « nous fûmes voir tailler M. HAWKING […].
C’etoit un enfant de 19 ans bon sujet fort brave. M. Hawking lui introduisit la sonde par le demi-tour.
Cette sonde de cannelure a le manche ancien ; elle est moins courbe et plus longue que les notres. M. Gataker son collegue tient la sonde, son pouce appuyant sur la plaque de la sonde portée en travers sur l’index, de façon qu’il la poussoit vers le perinée. La plaque de cette sonde etoit ramenée vers le ventre beaucoup plus que dans ma methode parce qu’elle n’a pas la saillie des notres, et que son bec est beaucoup plus long.
Un aide placé à droite tiroit les bouches de ce coté la »…
Hawking a fait l’incision ordinaire, peut-être avec un bistouri de SHARP, « retourné le tranchant en dessus pour ouvrir l’urethre a coté du bulbe à ce qui m’a paru ; y a mis le doigt index de la main droite ; a retiré et par l’urethrotome, a poussé le gorgeret inciseur dans la cannelure de la sonde sous la vessie et sur ce gorgeret de longues tenettes avec lesquelles il a d’abord saisi la pierre ; si elle fut venuë cette taille n’aurait pas eté de plus de 3 ou 4 minutes ; mais une partie de la croute s’etant cassée, il fut obligé d’y retourner 2 ou 3 fois ; mais le tout fut fait en assé peu de tems ; avec beaucoup de sang froid et de fermeté »…

4 août.
Relevé des pièces les plus marquantes au Museum : une tête humaine fossile, un opossum, une « gerbuë espece de rats blanc », un pipa, des serpents, etc. « Je ne parle pas de plusieurs momies »…
Description détaillée de l’hôpital de Middlesex, au nord de Londres, où il a vu les médecins et chirurgiens, dont le Dr KENNEDY, qui fut « 9 mois ches moi en 1751 »…

5 août.
Dîner académique avec les Messieurs de la Société royale : liste des personnes présentes, visite de la maison de la Société et des jardins et temples de Vauxhall, « lieu délicieux »…

7 août.
Matinée avec Mr Price, qui se rend à Rouen…

8 août.
Description de l’hôpital de Westminster, et mention d’une intervention ophtalmologique ;
« je doute que le kiste etant resté, la tumeur ne revienne »… Dîner avec M. Hamon chez William GRANT…

9 août.
Il assiste à l’inoculation d’un enfant par le Dr JANSON…

12 août.
Il voit les éléphants de la Reine, un zèbre, un âne ; il n’a pu assister à un repas du corps des chirurgiens de Londres…

13 août.
Description de l’hôpital de Londres, situé à l’extrémité est de la ville, où il voit les trois chirurgiens THOMSON, HILL et GRINDALL.
Ce dernier « fait une amputation de la cuisse tout botté ; seulement il a mis bas son chapeau. […] L’amputation se fit avec un couteau droit ; en deux temps ; on fit 5 ligatures d’arteres […].
On avoit disposé une espece d’éguille courbe sans yeux appellée Retinaculum, et une pince ou valet à Patin avec lesquels Mr Tomson m’avoit dit qu’on saisiroit l’artere seule pour la lier sous le nerf. M. Grindel ne fit pas cette manœuvre, il prit entre ses points d’aiguilles une grande quantité de chairs et quand il fut prêt à serrer les fils il amena en dehors l’artere avec la fausse aiguille ou son retinaculum ; il donna le bout à tenir a un aide et serra alors ses fils. […] Il fit toutes ces ligatures sans relacher le tourniquet »…
D’autres observations d’une luxation de l’humérus, un rectum dans lequel il y avait des excroissances squirreuses, et examine une boîte « tres ingenieuse » pour les fractures compliquées, inventée par Thomson…

15 août.
Jour de « la plus riche moisson » de tout son séjour : il assiste à 13 inoculations au Muséum, et à 3 « tailles » à Saint Bartholomew, par M. Pott : « Il commencea son incision tout près des bourses, fit tenir aussi la sonde relevée vers les cuisses et le ventre, saisit le manche lorsqu’il poussa son gorgeret dans l’incision et alors le ramena a lui, afin de pousser son gorgeret plus avant. C’etoit 3 enfants depuis 3 ans jusqu’à 7. Il prit un gorgeret plus petit pour l’enfant de 3 ans ; les tenettes etoient d’une tres grande force »…

17 août.
Excursion avec des confrères à Woolwich et à l’observatoire de Greenwich : observations sur les instruments optiques, dont le micromètre, et les pendules…

19 août.
Revue des « 13 inoculés aux Enfants trouvés ; dont l’histoire a un cahier particulier », puis visite de l’hôpital « uniquement destiné à la petite verole et dont M. le docteur HARDSHAR est le medecin »…

20 août.
Visite des jardins de Ranelagh, puis de l’hôpital militaire de Chelsea, « voir M. Rambi chirurgien major et 1er chirurgien du Roy […] homme de 66 ans de grade stature et assé bien facé ; Mr. Hawking et Mr Bromfeild sont ses eleves ; il ne scait pas assé de françois pour le parler ; Mr Bromfeild fut mon interprete. Il y fut question de ma methode et de m’en voir faire l’operation soit à Chelseau si la goutte quittoit Mr Ranbi, soit à l’hopital St Georges sil continuoit d’avoir la goutte »…

21 août.
Observation d’amputations à l’hôpital Saint George. « M. Hawking a fait l’amputation d’une jambe, il l’a faite en deux tems et a fait 5 ligatures d’arteres dans lesquelles il a embrassé beaucoup de chairs. Son appareil a été des morceaux de charpie seche, non pas trempée dans de la farine comme avoit fait Mr Grindel »…
M. Bromfeild a fait l’amputation d’une cuisse droite : « il s’est mis en dedans, comme pour la jambe. La section a été en deux tems ; dans le 1er il n’a coupé que la peau et les graisses ; dans la seconde les muscles apres avoir remonté la peau »…
Précisions sur la ligature des artères (3 nœuds) et le fil (composé de 8 fils unis « par de la cire et formant une petite bandelette d’environ ¾ de lignes »)… Puis visite à l’enfant taillé par M. Hawking le 3 août : la plaie « etoit tres grande, tres vilaine, suppurante et le malade avoit une fievre lente. Je parierois qu’il y a incision à la vessie et je crains que ce malade ne perisse dans le marasme »…

22 août.
Visite aux 13 inoculés… 26 août. Rendez-vous à l’hôpital Saint-George « pour faire mes operations de la taille et de la cataracte avec l’ophtalmostale sur le cadavre. Il ne s’en trouva point ; ainsi je me contentay de leur expliquer l’usage de mes instrumens, et un malade voulut bien se preter à ce que je montrasse sur son œil l’opacité de mon ophtalmostale qui plut beaucoup à M. Hauking, à qui je promis d’envoyer une paire de ces instrumens de Rouen »…

27 août.
Réalisation des deux opérations sur un cadavre à l’hôpital de Westminster (extraction de pierres, avec sa nouvelle sonde, extraction du cristallin d’un œil avec son ophtalmostale). « L’assemblée tres nombreuse me parut contente »…

31 août.
Départ de Londres pour Douvres, avec visite de Canterbury en route… Le Cat regagne Rouen en visitant Boulogne, Montreuil-sur-Mer, Le Crotoy, Saint-Valery-sur-Somme, Eu, Dieppe ; il conclut son journal par la comparaison de Londres avec Paris…
Le journal est suivi de notes (6 ff.) sur les Cabinets et laboratoires anatomiques de Mr. Hunter…, visités les 3 et 5 août : énumération de quelque 80 des 2000 préparations anatomiques du Dr HUNTER, « d’une rareté a effacer la reputation de celles de Rhuisch » : crânes, matrices, placentas, squelettes, coupes d’organes (beaucoup sont injectés de mercure), « priape d’Écossois terrible en grosseur »… Etc.