Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Ven
14
Déc

PIERRE BERGE & associés - En association avec SOTHEBY'S. Bibliothèque de Pierre Bergé. Quatrième vente. À la mémoire de Pierre Bergé (1930-2017). VENDREDI 14 DECEMBRE 2018 à 14h00 Drouot

Ce quatrième chapitre invite à un voyage à travers l’histoire du livre où se découvrent, côte à côte, officiels et hétérodoxes, jardiniers et romanciers, militants et poètes. Le Propriétaire des choses, encyclopédie médiévale illustrée imprimée à Lyon au XVe siècle, voisine avec un exemplaire conservé dans son vélin d’origine de la première édition des Essais de Montaigne ou avec l’exemplaire fameux entre tous de Du côté de chez Swann, le numéro 1 sur papier du Japon que Marcel Proust offrit à Lucien Daudet. Les grandes Chroniques de France de Monstrelet imprimées sur peau de vélin et enluminées à l’époque précèdent le livre fondateur de la botanique moderne publié en 1542 dont l’exemplaire ici colorié a appartenu à un ami de Montaigne, le président de Thou, ou deux exemplaires célèbres, sur grand papier, d’oeuvres de Flaubert : Madame Bovary portant une dédicace à Lamartine et Salammbô offert à Berlioz. On y voit encore une collection de lettres autographes d’Édouard Manet adressées à son ami et premier défenseur Émile Zola, le manuscrit autographe des Pompes funèbres de Jean Genet ou l’exemplaire du Grand Meaulnes offert par Alain-Fournier à Charles Péguy quelques mois avant que les deux amis ne soient tués sur le front.

LIEU de la vente et date : Drouot Richelieu - Salle 9, rue Drouot 75009 Paris. Vendredi 14 décembre 2018 à 14h00. - CONTACTS pour la vente : Eric Masquelier T. +33 (0) 1 49 49 90 31 - emasquelier@pba-auctions.com et Benoît Puttemans T. +33 (0) 1 53 05 52 66 - benoit.puttemans@sothebys.com - Exposition privée, sur rendez-vous chez l'expert : Librairie Forgeot, 4 rue de l’Odéon, 75006 Paris. 26 novembre au 8 décembre 2018. Contact : Andrea Gaborit + 33 (0) 1 42 84 00 00 - Expositions Drouot-Richelieu - Salle 9. Mercredi 12 décembre 2018 de 11h à 18h jeudi 13 décembre 2018 de 11h à 21h - Téléphone pendant l’exposition et la vente : + 33 (0) 1 48 00 20 09

Experts : Benoît Forgeot. 4 rue de l’Odéon, 75006 Paris T. +33 (0) 1 42 84 00 00 E-Mail : info@forgeot.com - Stéphane Clavreuil 23 Berkeley Square, London, W1J 6HEnT. + 44 798 325 22 00 E-Mail : stephane@clavreuil.co.uk - Ghislaine et Jacques T. Quentinn9-11 place de la Fusterie, 1204 Genève, Suisse T. +41 (0) 22 311 14 33 E-Mail : nlibrairiequentin@bluewin.ch

Commissaire-Priseur :
PIERRE BERGÉ & ASSOCIÉS PARIS.
92, avenue d'Iéna - 75116 PARIS.
Tél. + 33 (0) 1 49 49 90 00
Email: contact@pba-auctions.com
http://www.pba-auctions.com
Expert :
Benoît FORGEOT.
Membre du Syndicat Français des Experts professionnels
4 rue de l'Odéon, 75006 Paris
T. +33 (0)1 42 84 00 00
Email: info@forgeot.com

Détails du lot n°920 :

HUGO, Victor. Lettres à la fiancée. 1820-1822. Paris, Bibliothèque-Charpentier, Eugène Fasquelle, 1901. In-8 [235 x 146 mm] de (2) ff., 340 pp., (4) ff. et 2 planches : Maroquin janséniste bleu nuit, dos à nerfs, doublure de maroquin bleu…

canard, encadrement de deux doubles filets dorés cintrés aux angles avec fleurs mosaïquées de maroquin ocre, gardes de soie moirée or, tranches dorées sur témoins, couverture et dos conservés, chemise demi-maroquin bleu nuit à bande et étui (Marius Michel).

► PREMIÈRE ÉDITION DE LA CORRESPONDANCE AMOUREUSE DE VICTOR HUGO À ADÈLE FOUCHER : UN DES 6 EXEMPLAIRES SUR JAPON (n° 5).

L’illustration comprend deux portraits héliogravés d’après des lithographies, celui de Victor Hugo par Victor Ratier et celui d’Adèle Foucher d’après Devéria, et le fac-similé d’une lettre manuscrite d’Hugo.

De janvier 1820 à octobre 1822, la correspondance s’achève peu de temps avant leur mariage, célébré le 12 octobre 1822. Le ton est passionné et douloureux, dévoilant un poète amoureux mais solitaire, inquiet des sentiments de sa fiancée.
Les lettres originales sont conservées au département des Manuscrits de la BnF.

EXEMPLAIRE EXCEPTIONNEL RENFERMANT 6 PIÈCES AUTOGRAPHES DE VICTOR HUGO – UN POÈME D’AMOUR ET CINQ LETTRES ADRESSÉS À SA FIANCÉE – ET UNE LETTRE AUTOGRAPHE D’ADÈLE FOUCHER AU POÈTE.

Ces lettres autographes étaient alors inconnues et ne figurent donc pas dans la présente édition.
Elles ne furent publiées qu’en 1947 dans les Œuvres complètes éditées par Paul Meurice et Gustave Simon, chez Ollendorf.

La pièce autographe intitulée Elégie est le premier poème d’amour de Victor Hugo adressé à sa fiancée. Composé en décembre 1819, il fut publié pour la première fois dans Odes et Ballades (1826) sous le titre Premier soupir.

► L’AUTOGRAPHE OFFRE DES VARIANTES IMPORTANTES ET PLUSIEURS STROPHES ENTIÈREMENT INÉDITES.

─ Suivent 5 lettres autographes de Victor Hugo, dont deux signées.

• Dans la première,
datée « dimanche soir » [23 ou 30 juin 1822],
Victor Hugo s’indigne du traitement qu’il reçut lors d’un dîner dans la famille d’Adèle et lui témoigne son amour :

« Adèle tu n’es l’égale de personne. Je ne connais pas une âme humaine qui puisse se comparer à la tienne [...]. Il me semble, chère, bien chère amie, que j’ai déjà vécu une vie entière de tourments et de privations depuis que je t’aime ; il est bien temps que j’arrive à ma vie de bonheur.
Ô mon Adèle, bonheur est un mot trop faible pour exprimer ce qu’éprouvera ton mari dans ce bienheureux jour, ce qu’il éprouve quand tu daignes lui permettre une caresse ou un baiser. »

• La seconde lettre,
datée du « jeudi 9 ½ du soir » [18 juillet 1822],
est une missive pleine d’angoisse, Victor Hugo ayant laissé Adèle souffrante :

« Dis-moi ce que tu penses, ne me rassure pas perfidement, oui, ce serait perfidie, songes-y bien, Adèle, que de me tranquilliser à tort. Dis-moi la vérité, toute la vérité, il faut que je la sache, afin de vivre ou mourir. [...] Mon Adèle, dis-moi de moins penser à toi, de moins t’écrire – mais non, ne me parle pas ainsi, car je croirai que tu ne m’aimes plus et d’ailleurs je ne pourrais t’obéir. [...] Tu vas à présent trouver que je t’écris trop. Mais que veux-tu? C’est ta faute. P ourquoi t’es-tu fait adorer de ton pauvre mari? »

• Les doutes sur l’amour d’Adèle submergent Hugo dans la troisième lettre, datée du « dimanche 9 h½ » [9 ou 16 juin 1822] :

« Mon sommeil dépend de ton adieu. [...] Oh! Dis-moi, oui, dis-moi, répète-moi que ce n’est pas de l’indifférence, mais… qu’est-ce donc alors? – tout, plutôt que de l’indifférence. [...] Adèle, puisses-tu toujours bien dormir, quand même ce serait la nuit de ma mort! – mais non, tu m’aimes, tu m’aimes, n ‘est-ce pas, ange? Je n’ai besoin que de cette conviction dans la vie, mais j’en ai tant besoin! »

• Les tourments de l’amour sont encore présents dans la quatrième missive, datée du « jeudi 9h du soir » [25 juillet ou 1er août] :

« Je souffre, je souffre bien cruellement, moi qui ai vu pleurer mon Adèle [...] Toute mon âme se soulève tumultueusement, et toutes les douleurs que j’éprouve sont également inexprimables. Tu m’as accusé de ne pas t’aimer, et ce reproche m’est bien amer, puisque ce qui me tourmente, et ce qui t’importune, c’est mon trop d’amour.
Adèle, il est donc vrai que tu aurais été plus heureuse d’être aimée par quelque être tranquille et froid, qui n’eût connu ni la chaste susceptibilité, ni les délicates jalousies d’un grand amour? [...] Je voudrais savoir si j’ai aujourd’hui commis à mon insu quelque crime qui m’ait mérité une telle douleur. »

• La dernière lettre est datée du « mardi 4 h½ » [11 septembre 1822].

Enfin la lettre d’Adèle à son mari, qui semble inédite, n’est pas datée mais porte cette mention de la main de Victor Hugo:

« Reçu le samedi 16 février 1822 « :
« Tu me demandes que je t’écrive. J’ai peur de te fatiguer à force de faire ce que tu veux.
Que veux-tu que je te dise que je t’aime, tu le sais bien. [...] Tu m’as grondée, tu m’as fait de la peine car je ne suis heureuse que lorsque je danse avec toi. Cher ami tu es quelquefois injuste moi qui t’aime tant. »

► PARFAIT EXEMPLAIRE DAND UNE RELIURE DOUBLÉE DE LARIUS MICHEL.

▬ De la bibliothèque
• Louis Barthou, avec ex-libris (I, 1935, n° 217).
L’ancien président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, mort assassiné à Marseille en 1934 dans l’attentat contre le Roi Alexandre 1er de Yougoslavie, fut un hugolâtre impénitent.

Avec six lettres autographes « à la fiancée » et un poème d’amour.