Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Lun
10
Déc

ADER Nordmann. Paris. Lettres & Manuscrits Autographes. Beaux-Arts - Musique et Spectacle - Littérature - Edmond Rostand. LUNDI 10 DECEMBRE 2018 à 14h00 Salle des ventes Favart, 3, rue Favart 7500

Lettres & Manuscrits Autographes. Beaux-Arts - Musique et Spectacle - Littérature - Edmond Rostand.

LIEU et date de la vente : Lundi 10 décembre à 14h00 Salle des ventes Favart, 3, rue Favart 75002 Paris. Tel : 33 (0) 1 78 91 10 11 - Responsable de la vente : Monsieur Marc GUYOT. Tel : 33 (0) 1 78 91 10 11 - E-Mail : marc.guyot@ader-paris.fr - Exposition privée sur rendez-vous chez l’expert : Tél. : + 33 (0) 1 45 48 25 31 - Expositions publiques à la salle des Ventes Favart : Lundi 10 décembre de 11h à 18h et Mardi 11 décembre de 11h à 12h - Téléphone pendant l’exposition : 33 (0) 1 53 40 77 10

Expert : Monsieur Thierry BODIN, Les Autographes. Syndicat Français des Experts Professionnels en Œuvres d’Art. 45, rue de l’Abbé Grégoire - 75006 Paris. Tél. : + 33 (0) 1 45 48 25 31 - Fax : + 33 (0)1 45 48 92 67 - E-Mail : lesautographes@wanadoo.fr

Commissaire-Priseur :
ADER Nordmann.
Société de Ventes Volontaires
3, rue Favart 75002 PARIS
Tél : + 33 (0)1 53 40 77 10
Fax : + 33 (0)1 53 40 77 20
contact@ader-paris.fr
www.ader-paris.fr
Expert :
Mr Thierry BODIN, Les Autographes.
Syndicat Français des Experts Professionnels en Œuvres d'Art
45 rue de l'Abbé Grégoire 75006 Paris
Tél : +33 (0)1 45 48 25 31
Fax : +33 (0)1 45 48 92 67
Email: lesautographes@wanadoo.fr

Détails du lot n°54 :

Maurice Béjart. 13 L.A.S., 1965-1974, à Jorge Donn ; 33 pages formats divers, quelques en-têtes, la plupart avec enveloppes (la première en espagnol).. Très belle correspondance amoureuse et artistique. Jorge Donn (1947-1992), danseur…

argentin, fut le soliste emblématique du Ballet du XXe siècle de Maurice Béjart. Nous ne pouvons donner ici qu’un rapide aperçu de ces lettres intimes. . [Hammamet (Tunisie)] mardi [27 juillet 1965] (en espagnol). Son art est nouveau, son art est le sien, il a besoin de lui pour faire de grandes choses, il l’attend pour vivre, aimer et danser, pour qu’il devienne avec lui un grand danseur. Il l’aime…. [Chamonix janvier 1966]. Mercredi [5]. Il raconte son voyage depuis les environs de Genève, la vue des montagnes, la promenade en ville avant d’écouter Wozzeck. Il est dans sa chambre : « Je pense à toi, je vis avec toi. Ce séjour sera pour moi à la fois un repos du corps et un travail de l’esprit dans le calme et la solitude dont j’ai besoin pour créer, seule ta douce présence est là… […] Mon amour, travaille… tu sais que c’est la chose qui peut me faire le plus de plaisir car j’ai pour toi de grands projets et une grande ambition. Mais travaille en soignant la propreté et les petits détails, je te voyais l’autre jour dans la variation, tu as le sens de la danse et du mouvement, il faut maintenant donner du fini à tout cela, genoux plus tendus, épaulements, placements »… Jeudi soir [6]. « L’oiseau bleu que tu m’as offert est près de moi et me regarde. Tu es aussi près de moi, toujours, mon amour ! »… Il passe des journées entières sans parler à personne, mais il écoute de la musique et lit des livres sur la musique ; Debussy le fascine. « J’aimerais écrire un livre sur les rapports de la musique et la danse. Je pense à ta douceur, ton visage, ton corps, ma pensée devient une symphonie et l’air autour de moi se met à chanter ton nom »… Vendredi [7]. Il a déjeuné en haut du Brévent, face au Mont Blanc : « tout est beau, irréellement beau, comme un rêve de cristal, pur, transparent et radieux. L’air est une caresse et le soleil un tendre baiser. Mais je suis triste… […] Mon univers à moi c’est toi et la danse »… Dimanche [9]. Il rentre du cinéma où il a vu le film La Nef des fous… « Mon amour… Mon amour… Je ferme les yeux, nous sommes à Venise, notre belle chambre, le canal sous la fenêtre… […] Je pensais ce soir à ce pas de deux La Mer que je dansais dans le temps et que j’avais montré à Babilée, je vais essayer de le remonter avec Margenat »… Lundi [10]. Il est monté à l’Aiguille du Midi, « avec le vent coupant comme un rasoir et un paysage de cataclysme de rochers et de glaces. […] c’était beau comme une tragédie »… Il languit d’avoir de ses nouvelles : « Je pense à toi sans cesse donne-moi une image de ta pensée »… . [Paris janvier-mars 1967] Lundi soir minuit [23 janvier]. Sur les répétitions de La Tentation de saint Antoine : « c’est pas des vacances, mais ce travail me passionne et tout le monde au théâtre y met du cœur c’est formidable l’ambiance »… Il dit son amour : « tu es tout pour moi tu sais, tout, mon amour, mon fils, ma danse, ma lumière, mon âme, ma tendresse, ma vie, mon rêve »… [1er mars]. « Je pense à toi sans arrêt, je t’aime et je t’embrasse »… Mercredi [8 mars]. « On a répété jusqu’à minuit et demi puis je suis allé manger un morceau avec Barrault, on a encore discuté de la pièce et me voilà maintenant à la maison, crevé, mais calme, en train de penser à toi mon amour. La répétition n’a pas trop mal marché, espérons que cela va se présenter bien »… . Delhi mai 1967. Samedi soir 13. Premières impressions d’un autre monde : « ces gens habillés de toutes les mille et mille façons possibles, de toutes les formes et couleurs, des types complètement à poil peints en blanc, d’autres rasés et la tête barbouillée de couleurs, des vaches partout dans les rues, un grouillement et une crasse comme on n’a vu nulle part ! Delhi est une ville immense où on ne sait jamais où on est, des jardins splendides, des rues sordides, des monuments laids faux-moderne, des taudis »… Il est descendu dans un hôtel « splendeur 1880 ruinée ». Il pense à Jorge sans arrêt : « Tu es un être extraordinaire et chaque jour je t’aime plus et te comprends mieux »… Dimanche matin [14]. Visite à Mme Aigar ; retour terrifiant en taxi, slalom dans la foule parmi les enfants, passants, vaches, ânes et vélos… « Tu es avec moi, toujours, plus que tu ne peux imaginer, mon bien, mon soleil, ma joie, mon amour »… Dimanche soir [14], après « la journée du parfait Touriste éperdu ! Ce matin au lever, le grand temple. Là l’ambiance était fantastique… une vingtaine de salles de marbre remplies de gens, qui prient, qui parlent, qui mangent, qui dorment, qui font leur toilette (même intime !) des gosses qui jouent, qui crient enfin encore plus de bruit qu’au marché… Puis dans un coin, 3 musiciens extraordinaires auxquels personne ne fait attention, mais moi je suis resté plus d’une heure à côté d’eux à les écouter, c’était merveilleux. Ensuite le vieux palais des remparts construit à l’époque musulmane, […] une sorte d’Alhambra de Grenade au milieu de jardins et de bassins de marbre »… Il parle aussi de la mosquée et de l’espèce de souk-casbah qui l’entoure, où il a vu un type faire danser des singes « habillés en femmes avec des petits saris en voile paillettés. Ils ont tous des grelots aux pattes et dansent très joliment et surtout très en mesure (c’est le type qui joue du tambour et de la flûte). Ils ont fait un pas de 4 très ensemble. Je crois que je vais en acheter et revenir à Bruxelles avec un Corps de Ballet de singes »… Il espère demain rencontrer les gens du ministère et décider de la suite du voyage. « Je te serre dans mes bras comme le bien le plus cher et le plus précieux de la terre, la chose qui est ma pensée sans cesse »… . [Téhéran] vendredi soir [15 ? mars 1974]. Rendez-vous et discussions sur un projet de film, avec de jeunes réalisateurs iraniens qu’on voudrait associer au tournage de Golestan. « Les Iraniens voudraient tourner dans des villages, des jardins, des déserts du Sud, en pays Balouch à l’est de Chiraz. Ils voudraient faire un vrai film et non une bête captation. (Un peu Bhakti au fond) »… Visite au maître Safvate, puis dîner rituel chez les derviches : « 4 sont assis à terre au milieu de la pièce et préparent la nourriture en priant avec des gestes rituels, les autres (et nous) debout autour forment un cercle et chantent en se balançant d’une jambe sur l’autre »… Demain il partira vers le Sud : « tu me manques et je pense à toi, mon amour, sans arrêt, tu ne me quittes pas une seconde. J’espère que ta jambe se remet progressivement, soigne-toi, fais attention, tu es ma vie, ma lumière »…