Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Lun
30
Oct

ALDE Maison de ventes spécialisée livres et autographes. Correspondance Élie Faure. Manuscrits et autographes. Documents. Lundi 30 octobre 2017 à 14h30 Hôtel Ambassador 16 boulevard Haussmann 75009

RÉSULTATS DE LA VENTE
Correspondance Élie Faure. Manuscrits et autographes. Documents. Personnalité majeure du monde des arts et des lettres, Élie Faure (1873-1937) se présentait comme un autodidacte. Récusant l’art officiel, l’académisme et autres ismes, il compose une magistrale Histoire de l’art, traduite en cinq langues. Pourtant, sa réputation de Prince des critiques lui pèse. Il fuit les commissions et les « chers maîtres », se liant d’estime et d’amitié avec Nadar, Carrière, Bourdelle, Signac, Jourdain, puis Matisse, Derain, Picasso, Bonnard, Marquet, Van Dongen, Renoir toujours, enfin Soutine et Rivera – aînés ou cadets qu’il protège de sa plume. Passionné de géopolitique et de progrès social, l’écrivain échange encore avec Louise Hervieu, Anna de Noailles, Charles-Louis Philippe, Georges Duhamel, René Schwob, Jean-Richard Bloch et notamment Louis-Ferdinand Céline, son confrère médecin. Plus de cinq cents lettres inédites d’artistes, cartes postales, invitations, remerciements, illustrations, témoignent de l’empathie et de la familiarité qui l’entourent, tandis que les épîtres discursives des auteurs introduisent au débat d’idées. Dans un registre intime ou professionnel, la correspondance du Dr. Faure tisse un réseau d’enjeux intellectuels et d’affinités esthétiques, décisif pour la connaissance du premier XXe siècle.

LIEU et date de la vente : Hôtel Ambassador, Salon Mogador, 16 boulevard Haussmann 75009 Paris. Lundi 30 octobre 2017 à 14h30.

Exposition à la librairie Giraud-Badin 22, rue Guynemer 75006 Paris Tél. +33 (0) 1 45 48 30 58 - du lundi 23 octobre au samedi 28 octobre tous les jours de 9 h à 13 h et de 14 h à 18 h (jusqu’à 16 h uniquement le samedi 28 octobre)

Exposition publique à l’Hôtel Ambassador Le lundi 30 octobre de 10 h à 12 h. Tél. pendant l’exposition publique et la vente : +33 (0) 1 44 83 40 40

Experts : Alain Nicolas. Expert près la Cour d’Appel de Paris. Librairie Les Neuf Muses. 41 quai des Grands Augustins 75006 Paris. Tél. 33 (0) 1 43 26 38 71 - E-Mail : neufmuses@orange.fr - Et Pierre Gheno (Archiviste Paléographe)

Commissaire-Priseur :
ALDE - Maison de vente Spécialisée.
Livres & Autographes.
1, rue de Fleurus - PARIS 75006
Tel: +33 (0)1 45 49 09 24
Fax: +33 (0)1 45 49 09 30
http://www.alde.fr/
Email : contact@alde.fr
Expert :
NICOLAS Alain
Expert près la Cour d'Appel de Paris
Librairie « Les Neuf Muses »
41, Quai des Grands Augustins - 75006 Paris
Tél : +33 (0)1.43.26.38.71 -
Fax : +33 (0)1.43.26.06.11
E-mail : neufmuses@orange.fr

Détails du lot n°194 :

  • Lot n° : 194
  • Estimation :
    6000 / 8000
  • Résultat :
    Invendu

PIAF (édith). Lettre autographe signée « Didi » à son compagnon le parolier Raymond Asso. [Château de La Font] à Chenevelles [dans la Vienne], 13 septembre 1938. 4 pp. in-folio sur papier quadrillé. Extraordinaire lettre d’amour…

illustrant la passion houleuse qui unit Piaf à Raymond Asso, et offrant un témoignage exceptionnel sur la force de caractère et les failles de la chanteuse.
Édith Piaf avait donné concert sur concert depuis le début de l’année, et sortait d’une tournée estivale qui venait de la mener à Genève, Deauville, Ostende et Bruxelles.
Ayant besoin de repos, elle était venue séjourner au château de La Font, qui était loué comme maison d’hôtes par la famille de son nouveau pianiste et compositeur Max d’Yresnes – elle y était déjà venue quelques jours avec Raymond Asso en juillet. L’éloignement et son cœur fougueux lui dictèrent cette longue lettre exaltée écrite à cœur ouvert, pleine d’amour, de (re)sentiment, de doute, dans un style parlé spontané, parfois argotique, tantôt suppliant, tantôt accusateur. Cette spontanéité, qui suit le flot discursif des pensées de Piaf, n’empêche que la lettre ait été relue et corrigée avant d’avoir été envoyée.
→ Auteur de « Mon légionnaire », le parolier Raymond Asso (1901-1968) rencontra Édith Piaf au milieu des années trente, et fut son compagnon de 1937 à 1939. Durant cette période de deux ans, Édith Piaf ne chanta plus que des chansons de lui (dont Mon légionnaire, écrite peu avant pour Marie Dubas) et il n’écrivit plus que pour elle. C’est Raymond Asso qui éloigna « la Môme Piaf » de ses relations avec le « milieu », lui fit apprendre le métier et fit d’elle une des plus grandes vedettes de la chanson française. Sa relation avec elle fut traversée d’orages, mais permit véritablement à Édith Gassion de devenir Édith Piaf. Édith Piaf reconnaît ici sa dette artistique envers son amant.

« Mon pauvre mamour,
comme tu dois souffrir pour m’écrire d’aussi vivlaine chose, mais tu a raison, je suis bête, je te l’ai toujour dit, c’est toi qui a voulu me convaincre que j’ettait intelligente, d’ailleurs pour faire toute les bêtises que j’ai faites avant de te connaître prouvait toute mon inintelligence, et il est bien tant de pleurer comme je pleure pour les êtres que j’ai rendu malheureux.
Les gens bêtes sont toujours malheureux, ils s’apperçoises toujours des gaffes qu’ils onts faites une fois qu’il et trop tard, alors ils pleurent croyant que sa va arrangé les choses et cela n’arange rien, natturellement. Ceux-là sonts des êtres inutille sur la terre, mais ils ne sonts pas toujours si fautive que sa c’est la fautes à leurs parents : pourquoi quand les parents sont bêtes fonts-t-ils des enfants… J’ettait prêt à bien des choses avant ton coup de téléphone et ta lettre, mais à présent tu m’en a fouttu un drôle de coup, tu va trop vite pour me dire toutes les choses que tu m’a dit, et je me dégoûte,

je n’ai plus confiance en moi… Je ne tient que par toi.

Je vais te dire quelque chose de grave, mais ne le prend pas mal,

si je partait, mais partir pour toujours, je ne profiterait pas de ce que tu m’a doné, nom sa je n’ai pas le droit de l’expoité. Mon art tu me l’a donné, et il serais trop facile de le gâché, vaut mieux laissé un beau souvenir…

Tu me dis dans ta lettre que tu et calme, que tu n’a pas de peine, que tu a beaucoup pensé et que ce que tu m’écrit et réfléchi ; tu m’insulterait comme à Bruxelles avant que l’on se mette enssemble, je dirait « il a de la peine », mais nom, tu et même très polie, mais tu et mordant au possible.

Tu sais trouvé les mots qui blesses, et-tu sûre de m’aimer autant que tu le dit, je commence à en douté.

Quand on aime vraiment quelq’un je ne croit pas qu’on puisse lui dire tout ce que tu m’as dit. Ta première lettre était belle et c’était celle d’un homme qui souffre, mais celle d’hier et celle d’un homme qui s’apperçoit que la séparation n’ai pas si dure qu’il le croyait, « alors peut-être que, enfin, réfléchit bien, à ce que je vient de t’écrire », et tu sais,

je le sais que j’ai eu de la veine de te trouvé, je le sais, je le sais, je le sais !… Voit-tu la vie et une bien drôle de chose, et c’est l’amour seul qui la rend laide,
onts se dit tellement de bêtises qui devienent parfois des choses affreuses, tu et un êtres beaucoup trop supérieur à moi, et je fini par ne plus te comprendre. Je vais te dire comme les idiot, tu devient par trop avant-garde, ma lettre et bête, les gens sont bêtes, moi je suis bête, la vie et bêtes, touts et bêtes.
Monsieur André vient d’ouvrir la T.S.F. pour savoir des nouvelles de la guerre, et la première chose que l’on entend c’est une femme qui anonce un titre de chansons, « Haine d’amour ». C’est drôle, enfin je veut dire c’est triste, c’est bête, quoi, j’ai de la peine, beaucoup de peine, je n’ai pas faim, peu importe, cela m’arrive souvent. Dit, avant de me répondre, réfléchit bien, ne m’écrit pas avant, hein… Tu es rempli d’humour ; si tu avait expliqué ton cas à quelq’un, qu’esse sa aurait été. Je ne te demande plus de venir, je ne te demande plus rien, rien, rien.

Le soleil et radieux, tellement radieux que l’on a envie de pleuré, la barque se repose, je n’en ferais pas aujourd’hui, pas le cœur à sa, j’ai le cœur à rien ; si, à pleuré, à me rappellé des choses qui ne sonts pas. J’en ai même la tentative de faire un soit-disant poème. Tu sais, je n’ai jamais eu la prétention de les appellé poèmes, je les ai appellé chansons, parce que tout le monde faits des chansons, les gens bêtes aussi.

J’ai simplement essayé de faire quelque chose qui rime un peu à force de vivre avec toi, tu m’avait donné des idée d’essayé d’écrire quelque choses qui pouvait ressemblé à un poème, et si parfois j’ai qualifié de ce nom mes pauvres petites chansons, c’est que j’ai fait sa pour rire, nom par prétentions, croit le bien. Naturellement, je t’ai peut-être vexé, toi tu fait de vrai poème, il et normal que tu n’aime pas que l’on joue avec ce nom.

Quand une femme chante mal et qu’elle se qualifie du nom d’artiste, sa me mai en colère. Puisque tu a bien voulu me laissé cette qualité-là, je suis une artiste, mais c’est toi qui l’a faite, donc si tu t’en va, il n’y a plus rien…
Je ne suis pas vexé, croit-le bien, ce que tu m’a écrit, je le sais, et ce n’ai pas une nouvelles que tu m’a appris, seulement il ne fallait pas me dire le contraire il y a quelque temp, car maintenant je me sens petite, bien petite et j’ai de la peine, beaucoup de peine… »