Lot n° 44
Sélection Bibliorare

LA FONTAINE Jean de. Fables choisies, mises en vers. Par M. de la Fontaine. Paris, Claude Barbin, 31 mars 1668 ; in-4° (Hauteur : 245 mm) de [28] ff, 284 p., [2] ff le dernier blanc, reliure du Second Empire maroquin bleu nuit, dos à nerfs orné de motifs dorés, dentelle intérieure et tranches dorées (Trautz-Bauzonnet).

Estimation : 80 000 - 100 000 EUR
Description
LA FONTAINE Jean de. Fables choisies, mises en vers. Par M. de la Fontaine. Paris, Claude Barbin, 31 mars 1668 ; in-4° (Hauteur : 245 mm) de [28] ff, 284 p., [2] ff le dernier blanc, reliure du Second Empire maroquin bleu nuit, dos à nerfs orné de motifs dorés, dentelle intérieure et tranches dorées (Trautz-Bauzonnet).

ÉDITION ORIGINALE DE L'UNE DES OEUVRES CLASSIQUES DE LA LITTÉRATURE MONDIALE. Elle est dédiée au grand Dauphin, père du duc de Bourgogne, grand-père de Louis XV avec ses armes gravées sur la page de titre. Ce recueil contient les six premiers livres soit 124 fables accompagnées de 118 VIGNETTES À QUART DE PAGE DESSINÉES ET GRAVÉES À L'EAU FORTE PAR FRANÇOIS CHAUVEAU. Les six autres livres paraîtront au format in-12 de 1678 à 1693.

L'exemplaire se distingue par les particularités suivantes : page 45, l8e ligne le mot « fatras » subsiste à la place de « tracas » porté dans les rééditions ; page 57, le mot « pas » a été, d'une main de l'époque, biffé et remplacé par le mot « plus » ; page 76, 14e ligne le mot « bien » a été cancellé à la plume. Le tirage des gravures très vigoureux a provoqué parfois quelques légers
reports en vis-à-vis.

Les exemplaires en reliures d'époque sont rarissimes. Par un hasard singulier il en est cependant passé en vente deux exemplaires à peu d'intervalle. Celui de Pierre Berès en vélin d'époque a été adjugé 275 000 € le 20 juin 2006 et cinq mois plus tard, le 1er décembre, l'exemplaire Louis Buber présentant quelques défauts : 100 000 €. - Reproduction ci-contre.
LUXUEUX EXEMPLAIRE, TRÈS PUR, PASSÉ DANS TROIS PRESTIGIEUSES BIBLIOTHÈQUES celles du baron Sosthène de la Roche-Lacarelle (catalogue, 1888, n° 246), d'Eugène-Gabriel Marigues de Champs-Repus (Catalogue, 1893, n° 141) et du joaillier Raphaël Esmerian (Catalogue, II, 1972, n° 135).

« Si un livre provient de Gros de Boze, de La Roche-Lacretelle ou de Rahir, sa valeur s'en trouve accrue parce que ces noms
apportent la garantie d'une connaissance et d'un jugement sans faille » (Manuel de Bibliophilie, 1997).
Partager