Actualités

Actualités des ventes aux enchères et autres informations pour les bibliophiles …


Alexandre Tur, archiviste paléographe, est diplômé de l’Ecole nationale des chartes. Il est conservateur à la Bibliothèque nationale de France, chargé des collections de manuscrits scientifiques médiévaux et coordinateur du numérique. Son métier lui fait manipuler des manuscrits anciens dont il a le devoir de conservation.

« HEURES DE G ET H » Livre d’heures à l’usage de Rome manuscrit enluminé sur parchemin vers 1500

ÉCOUTER l’Étude sur le très précieux manuscrit, véritable redécouverte, exécuté pour le commanditaire qui de cache derrière les initiales « G ET H » et la devise « JUSQUES A CE ». ♦ Chef d’œuvre de l’artiste baptisé maître de Spencer (Actif à Bourges 1495-1510), ce manuscrit est illustré de 4 diptyques (8 grandes peintures), 28 grandes miniatures [En tout 36 grandes miniutures], 35 petites miniatures (Dont 12 au calendrier en bas-de-page) Et 4 iniales historiées. Il contient également 3 initiales historiées par un autre peintre Berrichon (Peut-être le Maître du ROMULÉON ?) Vente Drouot-Richelieu Vendredi 5 juin 2020. Résultat : 749 700 € Frais inclus Voir le manuscrit : https://www.bibliorare.com/lot/345496/

Mont Saint-Michel « Cité des livres ». Réfugiés à l’abri du monastère, les copistes ne sont pas pour autant coupés du monde. Le Mont participe activement aux échanges de livres, de copistes et d’influences artistiques en usage dans les Abbayes bénédictines. Lieu de passage, il bénéficie d’influences nordiques, byzantines et carolingiennes venant de toute l’Europe. Les manuscrits contribuent à leur tour à la diffusion des mouvements de pensée et des sciences de leur temps.

Suite à son apogée au 11e siècle, le scriptorium connaît une crise pendant la première moitié du 12e siècle, période d’instabilité politique, avant de connaître un renouveau sous l’abbatiat de Robert de Torigni de 1154 à 1186. Abbé du Mont pendant 32 ans et grand bâtisseur, Robert de Torigni – souvent appelé Robert du Mont – fait construire de nouveaux bâtiments, dont deux tours, l’une étant affectée à la bibliothèque. Selon la tradition, cette bibliothèque comprendrait 140 livres, chiffre énorme à l’époque, qui vaut à l’abbaye le beau nom de « Cité des livres ».

Initiation à l’archéologie du livre Conférence de M. Alain Riffaud – Conférence filmée à la bibliothèque universitaire du campus de Villejean de l’Université Rennes 2.

Le séminaire Romaniste, membre du CELLAM, propose cette conférence d’Alain Riffaud, enseignant chercheur en littérature française à l’université du Maine, pour des étudiants de Licence de Lettres et de Deust Métiers du livre. Conférence filmée à la bibliothèque universitaire

« Le faux manuscrit de Galilée : enquête sur une incroyable imposture ». En 2005, le marché du livre rare est secoué par la vente à un prix astronomique d’un manuscrit de Galilée. Alors qu’une équipe internationale de chercheurs avait authentifié cet exemplaire, un jeune scientifique s’est ingénié à prouver qu’il s’agissait en réalité d’une copie. Conçu à la manière d’un thriller, ce documentaire retrace l’histoire d’un faux presque parfait.

VIDÉO DE LA BELLE VENTE BINOCHE et GIQUELLO DU VENDREDI 5 JUIN 2020 à 14h00 Salle 7 – Drouot : Drouot salle 7. Jeudi 4 juin de 11h à 19h – POUR VOIR LE CATALOGUE : https://www.bibliorare.com/catalogue/1154/

Livre d’heures adjugé : 768 600 € frais inclus

La Renaissance italienne. dans les collections genevoises. Fondation Martin Bodmer. est une bibliothèque et un musée privé située sur le territoire de la commune genevoise de Cologny, en Suisse. Elle conserve une grande collection de manuscrits autographes et d’imprimés.

Entrer dans le lieu le plus secret de la Bibliothèque nationale de France : la réserve où sont conservés les 5000 livres les plus précieux pour des raisons historiques et esthétiques. Avec Jean-Marc Chatelain, conserateur général et directeur de la réserve des livres rares de la BNF.

GRANDES HEURES DE GALEAZZO MARIA SFORZA LIVRE D’HEURES, À L’USAGE DE ROME – En latin et en italien, manuscrit enluminé sur parchemin Italie, Milan, vers 1471-1476

Les collections ARISTOPHIL • 2 • ORIGINE(S) • ÉCRITS DU MOYEN-ÂGE et de la RENAISSANCE, par AGUTTES. Drouot-Richelieu. SAMEDI 16 JUIN 2018

Adjudication : 2 210 000 €

Manuscrit copié et enluminé pour Galeazzo Maria Sforza (1444- 1476), Comte de Pavie et Duc de Milan de 1466 à 1476 à la mort de son père Francesco Sforza.
On retrouve dans les bordures enluminées ses emblèmes (lion couché sur des flammes, la tête couverte d’un heaume tenant un bâton noueux d’où pendent deux seaux et la devise allemande «Ich Hof»; la colombe dans le soleil et la devise «A bon droit»), les armoiries écartelées ducales de Milan et monogrammes GZ MA ou GM, les armoiries du comté de Pavie parties avec la guivre.
Ces éléments de personnalisation se trouvent peints dans cinq feuillets enluminés (ff. 2, 46, 90, 137v, 188). On notera aussi fol. 237v la rubrique suivante: «[…] da hodie et in ommi tempore mihi famulo tuo Galeaç Marie gratiam tuam…».
Galeazzo Maria Sforza fut Duc de Milan de 1466 à 1476, date de son assassinat: le manuscrit fut donc réalisé pendant cette décennie. On peut réduire un peu plus la période de réalisation du manuscrit car on cite au fol. 220v le Pape Sixte IV, élu en 1471.

Ce manuscrit est décrit par E. Pellegrin, Supplément (1969), pp. 56-57 et pl. 172: «Oxford, Collection du Viscount Astor of Cliveden A. 6».
Il est inclus parmi les livres décrits dans l’inventaire de 1469. Sur la bibliothèque de Galeazzo Maria Sforza, on consultera E. Pellegrin, La bibliothèque des Visconti et des Sforza, ducs de Milan au XVe siècle, 1955, pp. 61-64 : «On a perdu la trace d’un Office de la Vierge orné de ses armes que d’Adda vit peu avant 1885 chez Hamburger, antiquaire de Francfort» (p. 61) ; et Supplément (1969), pp. 3-46 ; on consultera aussi Albertini Ottolenghi, La biblioteca dei Visconti e degli Sforza : gli inventari del 1488 e del 1490 (1991).
Galeazzo Maria fut un très généreux mécène et un bibliophile de haut vol, possédant l’une des prestigieuses bibliothèques de l’époque, fondée par les Visconti au château de Pavie. Il avait reçu une bonne formation classique, et son père Francesco Sforza avait fait copier pour lui les classiques latins tels Cicéron, Sénèque, Térence et les historiens romains (manuscrits conservés à la BnF, aux armes de Galeazzo Maria Sforza et dans d’autres bibliothèques et musées; voir Pellegrin (1955 et 1969)).

Galeazzo Maria Sforza, né à Fermo (Marches) le 24 janvier 1444 et mort à Milan le 26 décembre 1476, fut d’abord Comte de Pavie puis Duc de Milan. Il était le fils de François Sforza (mort en 1466), allié de Cosme de Médicis, et de Blanche Marie Visconti. Il se maria d’abord avec la fille de Louis III de Mantoue, Dorothée de Gonzague (1449-1467) qui décéda l’année suivante, le 24 avril 1467, à Pavie. Il se remaria, en 1468, avec Bonne de Savoie (1449-1485), fille de Louis Ier, Duc de Savoie, et d’Anne de Lusignan. Ayant assuré un gouvernement en demi-teinte, marqué par ses goûts artistiques et son caractère cruel, tyrannique et lubrique, Galeazzo fut assassiné le 26 décembre 1476 dans l’église Saint-Étienne (Santo Stefano) de Milan.

Processus de l’imprimerie du XVIe siècle et de la reliure du livre. Vidéo du Victoria and Albert Museum, Londres.