L’info du Bibliophile


Posséder et collectionner des livres à la Renaissance (octobre 2017), par Monsieur Malcolm Walsby (Université de Rennes 2) La Bibliothèque patrimoniale du CCI conserve en son sein des centaines de volumes imprimés aux 15e et 16e siècles provenant de toute l’Europe. Collectionnés par des individus privés, ils se trouvèrent intégrés un à un aux fonds institutionnels parisiens avant d’être regroupés dans cette bibliothèque. Les ouvrages portent les marques de ces parcours variés et leur examen minutieux permet de reconstituer l’univers de leurs anciens possesseurs. Comment collectionnait-on des livres à la Renaissance ? Comment cherchait-on à les préserver pour des générations ultérieures ? . Cet événement a eu lieu au Centre Culturel Irlandais le 5 octobre 2017.

Bibliothèque Pierre Bergé. Quatrième Vente. 14 décembre 2018. Alain-Fournier et Proust, Marcel. Du côté de chez Swann

Bibliothèque de Pierre Bergé. Quatrième vente. Vendredi 14 décembre 2018. Drouot-Richelieu. ALAIN-FOURNIER, Henri Alban Fournier, dit. Le Grand Meaulnes. ÉDITION ORIGINALE. Avec un envoi autographe au fidèle Péguy, lundi 3 novembre 1913  –  PROUST, Marcel. Du côté de chez Swann. Paris, Bernard Grasset, 1914 [1913]. ÉDITION ORIGINALE. Nº 1 OFFERT À LUCIEN DAUDIER. Enrichi d’un envoi autographe. Une œuvre originale de Proust qui bat un record mondial aux enchères.

Mobilisation internationale des libraires anciens contre Abebooks

EXCLUSIF – Depuis quarante-huit heures, le monde de la librairie ancienne est en ébullition : les membres de l’International League of Antiquarian Booksellers se dressent contre Abebooks – plateforme spécialisée dans les livres anciens et rares. Une mobilisation totalement inédite qui fait suite à la suppression de comptes totalement arbitraire décidée par cette filiale d’Amazon. Tiens, encore Amazon ? Par Nicolas Gary 03/11/2018 (www.actualitte.com)

Tout commence avec une annonce d’Abebooks datée du 18 octobre : à compter du 30 novembre, les comptes des libraires situés en République tchèque, Hongrie, Corée du Sud et Russie disparaîtront, sans autre forme de procès. Bien entendu, les vendeurs situés dans ce pays sont membres de l’ILAB, qu’Abebooks courtise avec ardeur depuis longtemps.

Désolé, mais on coupe les tuyaux

« Nous regrettons sincèrement d’avoir à prendre cette décision, mais il n’est plus viable pour nous de continuer à travailler avec ces territoires du fait d’une hausse des coûts et de leurs complexités », indique simplement Abebooks aux libraires des pays concernés.

C’est un libraire de Hongrie qui a partagé ce message auprès de l’ILAB, expliquant que son métier et son activité en seraient fortement impactés, attendu que l’essentiel de son activité s’opérait en ligne. « La décision de fermer notre compte dans un délai aussi court a été vécue comme un choc violent, en particulier parce qu’aucune explication n’a été fournie, bien que nous en ayons demandé », indiquait le libraire hongrois.

« Pour notre seule entreprise, il faudra presque certainement licencier cinq employés. Et dans le même temps, nous n’avons aucune idée pour vendre ailleurs nos quelque 20.000 titres étrangers », poursuivait-il.

L’ILAB a immédiatement alerté ses membres – elle en compte plus de 1000, dont 200 juste en France –, et pris attache avec Abebooks pour tenter d’obtenir des précisions. Au niveau international, l’ILAB réunit plusieurs syndicats de libraires de lires anciens et rares. https://www.actualitte.com/article/monde-edition/mobilisation-internationale-des-libraires-anciens-contre-abebooks/91692?fbclid=IwAR3xZicGW1qRn7XGVrn2OIfwViL7aXEljnA8WCwn_vyRGZcsX531cUrxWlU