Lot n° 1021
Sélection Bibliorare

CRENNE, Hélisenne de. Les Angoysses douloureuses qui procèdent d'amours.

Estimation : 6 000 - 8 000 EUR
DROUOT Online
Description

Lyon, Denis de Harsy, [vers 1539]. 4 parties en un volume in-12 (158 x 100 mm) de 170 ff.n.ch. dont 64 pour la partie I, 72 pour la partie II, 34 pour la partie III, 8 pour l'Ample narration; maroquin rouge, double filet doré d'encadrement, dos à nerfs, tranches dorées (Bauzonnet).

Première édition lyonnaise très rare.

Les écrits d'Hélisenne de Crenne, nom de plume de Marguerite Briet, originaire d'Abbeville en
Picardie, représentent le plus large corpus féminin imprimé au cours de la première moitié du
XVIe siècle (devant ceux de Marguerite de Navarre et de la mystérieuse Jeanne Flore).
Elle est considérée tout à la fois comme une érudite de renom dans la tradition humaniste de la
Renaissance, comme un précurseur du roman sentimental, psychologique et épistolaire, ainsi que comme une pionnière du féminisme.

On sait seulement d'elle qu'elle épousa vers 1530 un certain Philippe Fournel, sieur du Crenne, dont elle se sépara légalement en 1552 pour aller vivre ensuite près de Paris.
Cet ouvrage, considéré comme le premier roman français au sens moderne du mot est rédigé comme une autobiographie, il est divisé en trois parties.

« L'espace consacré aux analyses intérieures en fait le premier roman psychologique de la littérature française... exemple lumineux de la prose poétique de la première moitié du siècle de la Renaissance. » (Le nouveau dictionnaire des oeuvres, I, 248).

Cette charmante édition lyonnaise est ornée de 60 vignettes gravées sur bois dans le texte, le titre de chacune des trois parties est orné de la grande marque de Harsy montrant Dédale. Cette édition pirate lyonnaise servit de modèle pour toutes les éditions suivantes parisiennes.
Rare exemplaire complet du dernier cahier de 8 feuillets contenant l'Ample narration. Gay-Lemonnyer attribue ce texte à Jean Dorat.

Provenance : Firmin-Didot (ex-libris, vente III, 424) - Auguste Garnier (ex-libris).
Gültlingen, IV, 152, no. 185; Baudrier, Supplément, I, 2; voir longue article de Christine Buzon et William Kemp, in: L'émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance.

Partager