Non classé


Initiation à l’archéologie du livre Conférence de M. Alain Riffaud – Conférence filmée à la bibliothèque universitaire du campus de Villejean de l’Université Rennes 2.

Le séminaire Romaniste, membre du CELLAM, propose cette conférence d’Alain Riffaud, enseignant chercheur en littérature française à l’université du Maine, pour des étudiants de Licence de Lettres et de Deust Métiers du livre. Conférence filmée à la bibliothèque universitaire

Un musée à la gloire du livre : Fondation Martin Bodmer

Un musée à la gloire du livre : Fondation Martin Bodmer

La Fondation Martin Bodmer est un lieu unique au monde, protectrice de 150 000 documents rares et proposant à ses visiteurs un voyage de 5 000 ans de civilisations. Découvrez cette vidéo de présentation de 10 minutes, réalisée par Inovatio Media !

La villa des Papyrus est une villa d’Herculanum, appartenant, peut-être, à Pison, beau-père de Jules César. Elle a été ensevelie par l’éruption du Vésuve en 79 et dégagée lors de fouilles archéologiques en 1750, commandées par Charles de Bourbon. Cette villa a été reconnue par certains comme la résidence secondaire de bord de mer de Lucius Calpurnius Piso Caesoninus, beau-père de Jules César. Piso, érudit qui a patronné des poètes et des philosophes, y constitua une bibliothèque, à ce jour la seule de l’Antiquité à nous être parvenue en l’état, dans son intégralité. Elle fait à nouveau l’objet de fouilles depuis la fin des années 1990.

Bertrand d’Argentré « Historien de Bretagne » Édition de 1582.

Bertrand d’Argentré « Historien de Bretagne » Édition de 1582.

Bertrand d’Argentré en son demi-millénaire du 26, 27 et 28 (1519-2019)
Colloque Archives départementale d’Ille-et-Vilaine septembre 2019. « Historien de Bretagne » par Sylvie Daubresse (CNRS, Université Paris II Panthéon-Assas)

Histoire de Bretagne Édition de 1582. Imprimé à Rennes chez Julien Duclos. Après la contestation par les États de Bretagne de nouveaux impôts par le roi de France (1577), il rédige sur leur commande une Histoire de Bretagne de 1580 à 1582. Il développe cette idée d’une Bretagne bien antérieure à la monarchie française. L’ouvrage est saisi sur ordre d’Henri III, pour « faits contre la dignité de nos rois, du royaume et du nom françois ». Cette version expurgée est rééditée en 1588, 1605, 1611, 1618 et 1668, mais le texte de l’edition de 1582 entame une carrière clandestine et est longtemps vendu sous le manteau, et ceci avec une fausse couverture.

L’odeur des vieux livres bientôt inscrite au Patrimoine Culturel et Immatériel de l’Unesco ?

L’odeur des vieux livres bientôt inscrite au Patrimoine Culturel et Immatériel de l’Unesco ?

Une étude scientifique démontre l’importance de préservation et de reconnaissance de l’odeur des vieux livres. Les auteurs de l’étude souhaiteraient inscrire ce type d’odeur au Patrimoine Culturel et Immatériel de l’UNESCO.

Peut-être en avez-vous déjà fait l’expérience de tourner les pages d’un livre pour sentir son odeur et être transporté dans un souvenir de lecture au coin du feu durant votre enfance où à la bibliothèque de votre quartier ? L’odeur des livres est pour beaucoup une sorte de « Madeleine de Proust » qui renvoie directement à un souvenir vécu grâce à un livre, c’est la raison pour laquelle certains se battent pour sa conservation.

Cette idée un peu folle d’inscrire l’odeur des livres au Patrimoine Culturel et Immatériel de l’Unesco, vient d’une étude très sérieuse de la revue Héritage Science qui expliquait en 2017 l’importance culturelle des odeurs dites historiques : « Nous ne savons pas grand-chose des odeurs du passé. Pourtant, les odeurs jouent un rôle important dans nos vies quotidiennes : elles nous affectent émotionnellement, psychologiquement et physiquement, et influencent notre façon de nous engager dans l’histoire. » Dans cette étude, les auteurs cherchent à démontrer le lien entre olfaction et patrimoine de trois manières différentes : une analyse théorique du concept de l’olfaction, l’exploration des preuves de l’utilisation des odeurs dans le patrimoine en tant qu’outil de communication avec le public et une évaluation expérimentale des techniques et méthodes d’analyse et d’archivage des odeurs, permettant ainsi leur documentation et leur conservation.

Suite à cette étude, les auteurs appellent à la conservation et la reconnaissance de ces odeurs. Pour faire partie du Patrimoine Culturel et Immatériel de l’UNESCO, les odeurs de vieux livres doivent remplir une des deux conditions : « être considérés comme nécessitant des mesures de sauvegarde urgentes pour assurer leur transmission ou bien démontrer de la diversité du patrimoine immatériel et faire prendre davantage conscience de son importance. »

Pour appuyer leurs arguments, les auteurs ont recensé les parfums et bougies aux odeurs de vieux livres et le résultat est assez surprenant. Ils ont trouvé plus de 30 bougies, parfums et huiles aux senteurs de vieux livres ou de bibliothèque. Karl Lagerfeld lui-même a créé un parfum intitulé « Paper Passion ».

Il ne s’agit pas de la première odeur à tenter sa chance pour rejoindre la liste du Patrimoine Culturel et Immatériel. Les parfums de Grasse ont été officiellement inscrits sur la liste en novembre dernier. Les auteurs de l’étude ne perdent donc pas espoir !

Réf : Marion Jaumotte. lundi 27 mai 2019. rtbf.be

« Secrets de bibliothèques », un reportage de Katia Chapoutier, Images : Raoul Seigneur et Damien Augeyrolles, Montage : Benoît Falize, Agence de presse : Déclic Productions. On les croit souvent austères, élitistes ou désuètes. Les bibliothèques peinent à exister dans l’ère du numérique et de l’éphémère. Pourtant, nombre d’entre elles sont pleines de secrets et grâce à des passionnés, elles ont su s’adapter aux évolutions de la société. Exceptionnellement, ces femmes et ces hommes ont accepté de nous ouvrir leurs coulisses et de nous révéler quelques-uns de leurs secrets. A la mémoire de Yannick Nexon, chef du département de la Réserve, Bibliothèque Sainte-Geneviève. Décédé le 1 février 2018

Les collections ARISTOPHIL • Histoire et Littérature • Avril 2019. Ader, Aguttes, Drouot-Estimations. lettres de Rois de France, de Charles VII à Louis XVI, François Ier, Charles Quint. Catherine de Médicis ; La Duchesse Anne de Bretagne, Russie la grande Catherine II ; Marie-Antoinette. La Duchesse de Berry, Vigée-Lebrun, Louise-Élisabeth (1756-1842) peintre. Notes et manuscrits autographes. Napoléon, les Bonaparte et l’Empire, un exceptionnel ensemble d’archives concernant l’Aiglon. etc…