Connexion

    Inscription

    Récupération de
    mot de passe

  • Connexion
  • Mes enchères
Association pour la recherche des livres anciens, rares et précieux, Bibliorare a plus de 15 ans de mises en ligne et plus de 900.000 Références
Bibliorare.com Le Portail du Livre Ancien et Rare a pour but de maintenir la mémoire de l’écrit sous toutes ses formes. Diffusion de publications et mise en relation des bibliophiles sur la toile. Bibliorare.com The gateway to rare and old books. Its aim is to keep the memory of all written heritage alive ; to distribute publications and to facilitate contacts between booklovers on the Web.

Aide

  • Parcourez les catalogues des ventes à venir, et ajoutez les lots à votre liste d'enchères pour laisser un ordre d'achat ou enchérir par téléphone.
  • Votre liste d'enchères complétée, cliquez sur le bouton Valider pour transmettre votre enchère privée au commissaire-priseur de la vente.

Ma liste d’enchères

Facebook

Mer
16
Mai

ADER Nordmann. Paris. Lettres & manuscrits autographes. Beaux-Arts - Musique et Spectacle - Littérature. MERCREDI 16 MAI 2018 à 14h00 Salle des ventes Favart, 3, rue Favart 75002 Paris

RÉSULTATS DE LA VENTE
Gustave COURBET (1819-1877) 4 LAS, 1860, à Charles Chappuis, professeur à la Faculté de lettres de Besançon ; 14 pages in-8. Claude MONET LAS, lundi soir 9 h [Rouen 20 février 1893], à sa femme Alice. Hector BERLIOZ LAS, 23 mai 1860, à Richard Wagner, à Paris ; 3 pages. Tibor HARSANYI (1898-1954) Manuscrit musical autographe signé. Piotr Ilitch TCHAIKOVSKI (1840-1893) LAS, [Frolovskoe] 10 septembre [1888]. George SAND LAS « George », [Paris 6 mai 1833], à Adolphe Guéroult. Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de SÉVIGNÉ (1626-1696) LA, [aux Rochers 4 novembre ? 1671]. Alfred de VIGNY 10 LA, 1861-1863, à Augusta Bouvard ; 24 pages. Émile ZOLA LAS, Médan 28 août 1894, [au biologiste Lucien Cuénot] ...Charles BAUDELAIRE. L.A.S. « Ch. Baudelaire », Honfleur 14 mai 1859, à Félix NADAR etc...

LIEU et date de la vente : Mercredi 16 mai à 14h00 Salle des ventes Favart, 3, rue Favart 75002 Paris. Tel : 33 (0) 1 78 91 10 11 - Responsable de la vente : Monsieur Marc GUYOT. Tel : 33 (0) 1 78 91 10 11 - E-Mail : marc.guyot@ader-paris.fr

Exposition privée sur rendez-vous chez l’expert : Tél. : + 33 (0) 1 45 48 25 31 - Expositions publiques à la salle des Ventes Favart : Mardi 15 mai de 11 h à 18 h - Mercredi 16 mai de 11 h à 12 h - Jeudi 17 mai de 11 h à 12 h - Téléphone pendant l’exposition : 33 (0) 1 53 40 77 10

Expert : Monsieur Thierry BODIN, Les Autographes. Syndicat Français des Experts Professionnels en OEuvres d’Art. 45, rue de l’Abbé Grégoire - 75006 Paris. Tél. : + 33 (0) 1 45 48 25 31 - Fax : + 33 (0)1 45 48 92 67 - E-Mail : lesautographes@wanadoo.fr

Commissaire-Priseur :
ADER Nordmann.
Société de Ventes Volontaires
3, rue Favart 75002 PARIS
Tél : + 33 (0)1 53 40 77 10
Fax : + 33 (0)1 53 40 77 20
contact@ader-paris.fr
www.ader-paris.fr
Expert :
Mr Thierry BODIN, Les Autographes.
Syndicat Français des Experts Professionnels en Œuvres d'Art
45 rue de l'Abbé Grégoire 75006 Paris
Tél : +33 (0)1 45 48 25 31
Fax : +33 (0)1 45 48 92 67
Email: lesautographes@wanadoo.fr

Détails du lot n°201 :

  • Lot n° : 201
  • Estimation :
    10 000 / 12 000 €
  • Résultat :
    13 125 €

Charles BAUDELAIRE. L.A.S. « Ch. Baudelaire », Honfleur 14 mai 1859, à Félix NADAR ; 4 pages in-8 très remplies d’une écriture serrée à l’encre brune (trace d’onglet).

► SUPERBE ET LONGUE LETTRE EN CINQ PARTIES, À SON AMI LE PHOTOGRAPHE NADAR, SUR LA PEINTURE ET GOYA, ET SUR SES ŒUVRES EN COURS.

Il lui demande tout d’abord, de façon pressante, un mandat de 20 francs :
« J’ai eu l’étourderie de laisser partir ma mère pour un petit voyage sans lui demander d’argent ». Il est « absolument sans le sol », et il a besoin d’aller au Havre :
« ne te figure pas au moins que ce soit dans un but de Débauche ». Il donne son adresse à Honfleur.

Dans un café, il a pu lire le journal de Nadar [Le Journal pour rire], « de sorte que j’ai le plaisir de voir défiler sous mes yeux les folies, les injustices, les caresses aux imbéciles, et enfin toutes les bizarreries qui composent la nature exceptionnelle de Nadar. Dernièrement, il t’est arrivé, en te moquant des gens qui ont eu ou qui ont la passion des chats, de confondre POE avec HOFFMANN. Sache qu’il n’y a pas de CHAT dans POE, excepté un qu’on éborgne et qu’on pend » ; Baudelaire reproche également à Nadar d’avoir eu la fantaisie « à propos d’un poète belge ou polonais [KARSKI] de me jeter un mot désagréable à la figure. Il m’est pénible de passer pour le Prince des Charognes. Tu n’as pas lu sans doute une foule de choses de moi, qui ne sont que musc et roses. Après cela, tu es si fou, que tu t’es peut-être dit : Je vais lui faire bien plaisir ! »

Dans le troisième paragraphe, il prie Nadar d’aller « faire la Cour » au marchand de tableaux Moreau (« Je compte bien lui faire la mienne à propos d’une étude générale que je prépare sur la peinture espagnole ») afin d’obtenir « la permission de faire une double belle épreuve photographique d’après la Duchesse d’Albe, de GOYA (archi-Goya, archi-authentique). Les Doubles (grandeur naturelle) sont en Espagne où GAUTIER les a vus. Dans l’un des cadres, la Duchesse est en costume national, dans le pendant, elle est nue et dans la même posture, couchée à plat sur le dos. La trivialité même de la pose augmente le charme des tableaux. Si je consentais jamais à me servir de ton abominable argot, je dirais que la Duchesse est une bizarre fouterie ; l’air méchant, des cheveux comme Silvestre, et la gorge, qui masque l’aisselle, atteinte d’un strabisme sursum et divergent à la fois ». C’est, selon Baudelaire, « du Bonnington ou du Devéria galant et féroce ». Moreau les a achetés au fils de Goya et en demande 2400… Il recommande de ne pas faire de trop petites épreuves :
« Cela enlèverait une partie du caractère »…

Ensuite, Baudelaire charge Nadar de lui trouver un artiste « pour les frontispices qu’il me faut pour mes articles sur POE (un portrait enguirlandé d’emblèmes), mon Opium et Haschisch, mes nouvelles Fleurs [du Mal], et mes Curiosités [esthétiques] » ; comme il ne veut pas de DUVEAU, « l’éternel ami de Malassis », il prie Nadar de se renseigner sur Alfred RETHEL, « l’auteur de la Danse des morts en 1848, et de la bonne Mort faisant pendant à la première invasion du Choléra à l’opéra »… Puis Baudelaire parle des derniers articles sur la peinture qu’il écrit avant de publier les Curiosités esthétiques, et cela sans avoir été au Salon ; il s’aide du livret : « Sauf la fatigue de deviner les tableaux, c’est une excellente méthode [...]

On craint de trop louer et de trop blâmer, on arrive ainsi à l’impartialité ».

Dans un dernier paragraphe (5), Baudelaire supplie Nadar de ne pas écrire « de farces, selon ton antique mode, sur l’enveloppe de ta lettre »…

Correspondance (Pléiade), t. I, p. 573.